Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 21:41

publié sur lnr-dz

                           LA RELANCE DE LA CULTURE DU COTON

                                 UNE  SUBTILITE POUR L’ALGÉRIE

 

Le coton n’est pas en Algérie une plante spontanée ; il y est réellement venu d’Asie depuis des millénaires, puisque les romains le connurent et que les Turcs le cultivèrent ainsi que le lin au XV e siècle. Certains chercheurs affirmaient qu’il est probable que les Égyptiens connaissaient le coton il y’a plus de 12 000 ans avant J-C.  Selon les témoignages des géographes historiens des siècles obscurs du Maghreb. Depuis l’historique de la culture du coton est liée à celui des conflits internationaux des XIX siècles : guerre des sécession des états unis , guerre franco- allemande , première et deuxième guerre mondiales A la suite de ces conflits , le coton se faisait rare sur les marchés européens , les pouvoirs publics , royaux , impériaux , républicains s’adressaient alors à l’Algérie pour la culture du coton . Or la France consomme annuellement plus de 265 000 tonnes de coton , elle importe de l’étranger environ selon l’union agricole de l’Est algérien les 2 250 000 tonnes . précise-t-on . Ces achats de coton contribuent considérablement à aggraver le déficit de la balance commerciale française. Chaque kilo de coton produit en Algérie permet une économie de prés d’un dollar, ce qui ne sera pas à dédaigner lorsque la production algérienne passera de 2500 à 5000 tonnes. Dans cette optique l’on apprend auprès des services de la direction de l’agriculture de la wilaya d’El Taref que 100 ha de terres agricoles qui était consacré à la culture depuis 25 années déjà de disparition de cette valeureuse culture sont toujours à l’oubliette et sans perspective d’avenir. En effet les cotonniers avaient connu leur dernière cueillette en 1972 dans la région de Annaba et revenir à la culture du coton avec une nouvelle politique est plus que nécessaire sachant qu’en 1970 Algérie se dotait d’une industrie de filatures et de tissage moderne d’une capacité de consommation évaluée à 40 000 tonnes de coton par an . estime-t-on .A ce titre il faut savoir que notre pays importe des textiles pour un coût de 6 milliards de dinars annuellement malgré que la consommation algérienne en matière de textile qui est presque insignifiante par rapport aux à l’hexagone soit indique-t-on, une consommation par personne équivalent à 5 Kg en produit textile alors que la moyenne internationale est de 9 Kg par personne . de nombreux promoteurs de la région de l’Est s’étaient lancé dans la culture du coton il y’a deux années de cela malgré le peu de moyen qu’ils avaient, le résultat était un une perte sèche de leurs récoltes causées par de fortes pluies qui avaient détruits prés de 80% des récoltes. A-t-on informé. le mystère de l'exportation, il y’ deux années de cinq containeurs de graine de coton à partir du port de Annaba vers Israel via l'Afghanistan pour laquelle des travailleurs et un responsable de la Coopérative agricole (Carsci) Lalymia Lakhdar de Annaba avaient affirmé que des experts français de la société mixte algéro-française Somicoton les avaient informés que les 5 containeurs de graine de coton étaient bel et bien destinés à IsraëlCette exportation douteuse av      ait été suivie par le départ précipité d’Annaba des experts français et la dissolution, 18 mois après sa création, de Somicoton à l’origine de l’opération. Telle avait été le constat durant le déplacement des deux juristes dépêchés début 2007 à Annaba. Ils n'avaient fait que confirmer l'absence des experts français tant au siège de la direction sise à route de El Karma (El Hadjar) que dans la villa qu’ils avaient louée à rue de Tagaste Annaba et l’affaire avait été ainsi classée. Sous la colonisation, la région d’Annaba représentait plus de 20% des quelque 70 000 t/an représentant la production cotonnière en Algérie répartie entre El Harrouch, Sig, Chlef et Relizane. Cette performance n’est plus qu’une vieille histoire.  En 2004 la production des 200 hectares exploités pour des essais dans le cadre d’une opération pilote, n’avait pas été bien prise en charge dans les wilayas d’Annaba, El Tarf , Guelma et Skikda. Il s’agissait beaucoup plus de blocage généré par la bureaucratie des institutions de l’état que de la mauvaise volonté des principaux acteurs sur le terrain.la société mixte algéro-française Somecoton avait été chargée de concrétiser en toute priorité deux projets : réaliser des tests dans les zones traditionnellement vouées à la culture du coton – réhabiliter l’usine d’égrenage de la coopérative agricole régionale des services et cultures industrielles Lalymia Lakhdar-Annaba. or, , les essais ont permis d’atteindre des résultats dépassant toutes les prévisions. Outre l’excellence de la qualité de la fibre de coton, les agriculteurs avaient réalisé une production de 30 à 40 quintaux à l’hectare dès la premiére campagne (2004/2005) sur une surface de 30 ha. souligne-t-on.

 

                                              PAR OKI FAOUZI               

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 20:44

ANNABA

Trafic dans l’exportation du plomb  

Les déchets industriels ou domestiques solides ou liquides (ferraille, plastique, papier, verre, batteries et autres) sont récupérés et revendus aux entreprises de recyclage comme matière première.

Ces déchets passent par différents étapes et processus de transformation pour que soient extraites les matières réutilisables qui seront revendues sur le marché national ou exportées. En effet, le plomb est un métal lourd toxique contenant des sulfures du zinc et du cuivre, il se trouve sous plusieurs formes comme les oxydes de plomb qui sont utilisés dans la fabrication des batteries et dans l’industrie des céramiques, verres. Aussi, constate-t-on, les oxydes du plomb utilisés comme peinture rouge pour les antirouilles. Le plomb qui est une matière très dangereuse pour le corps humain, l’intoxication  par le plomb chez l’enfant provoque un affaiblissement des capacités mentales avec le temps, pénètre dans le placenta pour arriver au fœtus chez la femme enceinte pour causer un avortement. Or, le corps humain ne peut se débarrasser que de 5% de la quantité de plomb ingérée et les 95 % restant se déposent sur les os et dans le sang provoquant l’anémie. Cette matière qui s’accumule généralement sur les os qui peut engendrer des intoxications sévères comme la perte de l’appétit, attardement mental, hypertension artérielle, insuffisance rénale et anémie.     Le sol est le premier réservoir où est stocké le plomb avec ses différentes formes venant des rejets des navires et des pluies. Les écologistes avaient trouvé des quantités considérables de plomb dans le pôle nord venant de l’air pollué des pays du nord d’Europe et des Etats- Unis. Il faut souligner que les policiers de la circulation routière sont les plus touchés par la pollution du plomb puisqu’ils respirent des doses importantes de plomb venant des rejets gazeux des véhicules. Or, la pollution par le plomb comme dans la zone d’El Bouni à Annaba fait un ravage parmi la population qui habite dans la zones industrielle de l’Allaligh, réellement néfaste pour les enfants qui sont atteints d’une mauvaise croissance, soit 27% à cause de l’accumulation du plomb dans le sol, l’eau et l’air. La combustion de l’essence des voitures produit un gaz contenant du plomb qui constitue 70 % de l’air. Le processus d’élimination du plomb dans l’essence et l’utilisation de l’essence sans plomb sont vraiment coûteux nécessitant de gros efforts pour protéger l’environnement pour trouver des matières pouvant remplacer le plomb et augmenter la capacité des moteurs pour une combustion d’essence sans bruit.  Dans cette optique il y a lieu de signaler que les services des douanes de la wilaya de Annaba avaient frappé il y a plus d’une année de cela au niveau du port de la ville ayant réussi une très grande saisie de conteneurs composés de lingots de plomb dessinés à l’exportation vers l’étranger Europe et Israël, selon les enquêteurs chargés du dossier. Les 31 conteneurs avaient été saisis juste après de profondes analyses effectuées sur des échantillons prélevés de la marchandise prête à quitter le port de Annaba. Les résultats donnés ne correspondaient nullement aux pièces déclarées par le propriétaire, un Libanais, qui possédait d’après certaines sources deux usines de recyclage de batteries, l’une dans la zone d’El Bouni et l’autre au Maroc. L’indélicat investisseur  avait déclaré le tiers de la valeur réelle du produit seulement par rapport aux prix  fixés sur le marché boursier. Ses proches collaborateurs avaient payé ainsi la différence en devises fortes sur un compte à l’étranger après que sa marchandise soit réceptionnée, révèle-t-on. Devant cette situation, le fabricant avait avancé des arguments peu rassurants, à savoir cette minoration des valeurs déclarées était fictive et que son entreprise était sous contrat de livraison avec des partenaires étrangers pour des prix fixés à l’avance. Les brigades de la sous- direction du contrôle de la qualité et de la répression des fraudes avaient démontré, une fraude flagrante et un transfert illicite de devises ayant conduit à une ouverture d’enquête des services concernés. Deux comptes bancaires de la Sarl avaient été donc bloqués et une amende de 150 millions de dollars fut infligée à l’exportateur libanais, indique-t-on. Un mois après cette affaire, le propriétaire de l’entreprise SAS du recyclage des batteries Mohamed El Obeiry avait continué à travailler au noir sans payer son personnel avant de prendre la fuite vers l’étranger précisément vers la Turquie.   

Oki Faouzi

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 00:17

 

 

« SON VISAGE ME POURCHASSE »

 

Son visage me pourchasse

En plus dans mon cœur elle occupe toute la place

Sa belle figure me perturbe !

Je ne suis jamais en paix quand je la vois

A chaque nuit jusqu’à l’aube

J’avoue que j’ai perdu la foi

Car sa ravissante image obsède mes bons rêves

Je suis malheureusement devenu son préféré esclave

Oui son portrait me pourchasse

Alors dés son apparition mon pauvre cœur bat sans cesse

Elle envahit réellement mon esprit

Et cette jeune galbe vit dans ma vie

Elle effleure profondément mes pensées

Ne pleure pas jolie femme !

Je ne peux plus essuyer encore tes larmes

Laisse-moi donc partir

Lâche-moi la main, libère-moi, j’en ai vraiment assez !

De décevoir mon cœur

 Or,à chaque fois c’est une nouvelle histoire

Une autre exceptionnelle fille, encore

De l’affection et de l’amour

J’ai trop égaré mon chemin, perdu la droiture

 

 

 

 

Puis difficilement je me redresse

Je dois te quitter hélas !

Il faut que j’aille vaille que vaille suivre mon avenir

Ma destinée m’appelle et m’attend

Mais ton visage me pourchasse

Partout ou’ je vais et tout le temps

En effet sa physionomie me traque terriblement

De jour comme de nuit, je ne trouve point la façon

De m’arracher définitivement d’elle

Enfin arrête de pleurer, o créature si belle !

Tu sais au moins que tu me fais une grande peine

Tu brises facilement mon cœur et tu énerves mes veines

Ne cherche pas à choisir entre lui ou moi !

Alors, moi je te permets de l’accompagner et d’être sa reine

Sois donc heureuse, gentille, fidèle et bonne ;

Avec ton bien aimé, je ne souhaite guère devenir votre obstacle

Cependant je dois répondre à cet appel !

Celui qui vient de loin, d’une brillante étoile

Elle me dévoile clairement sa voie

Et moi j’entends incessamment sa magicienne voix

Désormais que faire lorsque son visage me pourchasse

A vrai dire elle occupe dans ma vie une immense place

 

 

 

 

Cesse de me regarder ainsi ! car comme cela tu détruis ma cabale

Je n’ai plus envie de chambouler une seconde fois

Mon rêve et mes espérances

Sa figure audacieuse m’agace

Oui elle a déclaré la guerre et l’amour contre moi

Cette beauté s’est lancée impitoyablement à ma chasse

Malgré l’affection profonde que son cœur garde pour son amant

Malencontreusement

Je n’ai pas d’autres solutions !

A part l’abandonner dans son milieu

Et de laisser tomber son insipide jeu

Ensuite poursuivre coûte que coûte ma route

Ne pleure pas jeune femme

Ton joli souvenir reste gravé dans mon âme

De même que ton histoire demeure vivante

A tout moment dans mes poèmes.

A présent c’est trop tard de verser des larmes

Fais donc un effort s’il te plait, essuies-les vite !

Car moi je ne supporte point te voir ainsi si triste

Dans une situation très embarrassante

J’ai l’intention de déguerpir à temps,

Et tant que je suis encore à fleur de l’âge

La rage de mon cœur décide de ne plus accepter tes mensonges

J’ai commencé à bâtir mon domaine

 

 

 

Là je serais en paix à l’abri de ta haine

Oui je sais parfaitement que tu l’aimes

Alors pardonne-moi adorable personne !

Mais surtout excuse ma franchise, mes sentiments

 Je trouve que c’est rude de devenir vieux

Perdre sa jeunesse, éteindre immédiatement

Son ambition, ses tentations, ses émotions puis son feu

Bref ! Mieux vaut filer maintenant !

Parce que ton visage me pourchasse

Et ton amour audacieux m’agace.

 

 

                                                                           Le 15-4-1999   

 

                                                                              OKI FAOUZI

 

 

 

   

 

 

 

 

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 21:17

La presse face au combat libérateur de notre pays 

La presse en Algérie d’expression francophone ou arabophone a joué un très grand rôle dans le combat libérateur de notre pays. Elle n’avait jamais cessé de soutenir les revendications légitimes de notre population algérienne qui a su saisir son importance.

La liberté de la presse est la mère des libertés et la participation des journalistes aux enquêtes préliminaires peut constituer une véritable avancée pour l’instauration d’un véritable Etat de droit. Dénoncer une infraction pénale s’avère pénible pour beaucoup de citoyens et c’est pourquoi on fait appel à un journaliste, le point de départ d’une information judiciaire provenant dans la plupart des cas de la presse. Certes, l’aide des journalistes est très précieuse parce qu’il faut reconnaître que des articles parus peuvent permettre aux services de sécurité de mettre hors d’état de nuire des coupables. La liberté d’expression est un élément moteur pour le changement de la société et des mentalités et le journaliste d’aujourd’hui a un seul souci, celui de servir son pays. Les menaces, pressions et intimidations sont son quotidien routinier ; il est accusé à tort ou à raison de tous les maux. Or, la presse algérienne, qui se trouve entre le pouvoir et la liberté, était durant une certaine époque, soumise à une surveillance très poussée par les autorités et avec l’instauration de l’imprimatur aux temps de Belaïd Abdeslam qui avait connu l’interdiction de nombreux titres anciens disparus de la scène à cause d’accusations d’apologie. Aujourd’hui, l’Etat, ayant parfaitement compris la nécessité et le rôle de l’information à l’intérieur et à l’extérieur du pays, a laissé une ouverture au nouveau champ médiatique audiovisuel qui peut permettre aux politiques et à la population de s’exprimer librement à travers des chaînes de télévision algériennes. Il faut dire que dans le message du président Bouteflika lors de la Journée internationale de la presse en 2011,  il a une reconnaissance honnête pour la lutte et le sacrifice accomplis par notre corporation.  «C’est une occasion pour moi de dire le respect et la reconnaissance de la nation aux précurseurs qui ont offert leur talent et leur jeunesse pour l’éclosion d’une presse nationale engagée résolument dans la reconstruction de l’Etat national», avait déclaré le chef de l’Etat. Et d’ajouter : «Les journalistes doivent prendre conscience de leurs devoirs, assumer leurs responsabilités, s’organiser et accomplir leur part du chemin en termes de régulation paritaire, d’éthique, de déontologie et de défense des droits moraux et sociaux des journalistes». Sur le plan professionnel, le journaliste évolue dans des conditions très difficiles et il faut reconnaître qu’en plus du manque de formation, il ne dispose pas de moyens lui permettant d’exercer au mieux son métier. Rappelant aussi que l’accès à l’information reste très difficile malgré le code de l’information 1990 qui consacre le libre accès à l’information et pas mal d’entreprises et d’administrations publiques ferment la porte aux correspondants régionaux pour laisser leurs activités dans la discrétion et l’ombre. Il faut que la presse continue sa lutte contre les grandes affaires de corruption et de dénoncer le type de malversations et la mauvaise gestion des deniers publics qui empoisonnent la vie du citoyen.  

 

                                                Des  usurpateurs de la plume dans le corps de la presse

 

Le métier de la presse dans la wilaya d’Annaba connaît actuellement un certain désordre et un manque de vérification d’identité dans le corps de la profession en question puisque plusieurs nouveau cas d’usurpation de fonction semblent être devenus des plumes pour l’information. Or, certains cas qui n’ont rien à voir avec le métier, sans la moindre qualification ni même un niveau d’étude universitaire, se prétendent  être  des journalistes dans des organes inexistants. Ayant déposé des dossiers aussi légers que possible pour la création de nouveaux titres de presse arabophone et n’ayant jamais écrit un seul article sans faute, ils se permettent facilement d’assister au réunion de la wilaya, à des sorties de travail et autres. D’autres cas de récents pigistes hommes et femmes dont on n’avait jamais entendu parler durant les années 1990 sont les premiers amateurs de la profession qui osent frimer avec leur signature toute fraîche ; ceux-là on les trouve un peu partout, à la radio, aux sites Internet et ailleurs. Un beau métier étant celui du journaliste dans notre pays et une réalité vraiment amère où il existe des signatures trompeuses au sein de la corporation. Le lecteur a le droit de savoir que la noble mission qui est la nôtre ne tolère absolument pas des falsificateurs et des arnaqueurs ni foi ni loi. Certains correspondants prêtent leur plume à des nuls pour quelques sous, d’autres ont pu avoir une réputation d’escroc de l’écrit qui ne peuvent même pas former une phrase, des analphabètes qui usent de la tromperie et l’utilisation des nègres pour arriver à leurs fins. Ceux-là, on les débusque facilement lorsqu’ils prennent la parole et le plus désolant dans toute cette affaire est d’avoir constaté que deux ou trois cas d’hommes et de femmes se sont accrochés dans des quotidiens régionaux pendant un certain temps pour tomber dans des affaires délictueuses avec l’institution de l’Etat dans le but d’user et d’obtenir un statut de réfugié politique en France. L’Etat doit être vigilant quant à cette grave problématique qui salie la noble mission du vrai journaliste algérien tout en punissant les parasites appartenant à notre corporation journalistique.

Oki Faouzi

Retour
Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 22:19

EXTRAIT du livre les secrets du coeur

 

JE T’AI CHERCHE PARTOUT »

 

Je t’ai cherché un peu partout
Or, je te recherche encore et toujours comme un fou
Dis-moi où es-tu ?
Toi qui me disais enfin je t’ai connu !
Hélas ! Je n’ai guère trouvé ta trace
Alors c’est dans ce poème que je te dis : « salut »
J’ai fréquenté un grand nombre de rues
Pour la seule raison d’être en ta présence
J’ai réellement tout fait afin de te rencontrer
A dire vrai la brillante étoile a subitement disparut
La couleur des nuages camoufle tous les merveilleux astres
Oui la chance m’a discrètement quittée
Sincèrement je ne sais pas quoi faire,
Ni comment opérer.
J’ai beau regardé, mais tu es vraiment inaperçue
Montres-moi ta demeure où te caches-tu ?
Je viendrai demander ta main sans hésiter ;
J’en ai assez de choisir entre les femmes.
A présent j’ai parfaitement pris une décision
Et c’est avec toi que je voudrai avoir des enfants,
Établir une adorable famille, bâtir un chaleureux foyer
Je t’en pris fais moi un simple signe
Sais-tu que je suis vivement hanté par ton estime
65
Je te furète semblable à un cinglé ;
Puis aussi je t’ai incontestablement poursuivi de tous côtés
Je pense que tu as décidé de t’enfermer pour toujours
Tu es prisonnière de tes bons souvenirs.
Mais nous savons tous que le prisonnier espère
Uniquement la liberté. Sort et je jure de te trouver,
J’irai s’il le faut même à l’occident ou à l’orient ;
Dans le but de découvrir ta rugueuse piste. Oui
Sûrement un jour ou l’autre je croiserai mon bonheur
Alors je me forcerai de toutes mes forces de le garder
Indéfectiblement et éternellement dans ma vie.
J’ai longuement inspecté, néanmoins tu échappes à l’attention
Je suis devenu le meilleur enquêteur des inconnus,
Après tout, je t’ai cherché un peu partout.
Or, je te pourchasse encore et toujours comme un fou.
Dis-moi finalement où es-tu ?
Toi qui me disais enfin je t’ai connu !
Malheureusement je n’ai point détecté ta trace
En effet, mon pauvre coeur est mécontent car vois-tu !
Je veux renoncer à toi ainsi que d’être à tes trousses.
66

 

« LES DEUX BRUNS » [1re partie]

 

 

Deux bruns décidèrent de conquérir Paris,
Plein de volonté, de rêves et d’ambitions
Ils partaient à la conquête du pays
De Molière, La fontaine et de Victor Hugo
Ils voulaient contempler les anges à la peau
Claire, eux qui ont, la membrane brune
Pleine d’humour et d’une attirante sympathie ;
Ainsi leurs paroles étaient à chaque fois romantiques
Ils s’envolaient dans les airs avec leurs fameux songes
En suppliant la réalité à rester longtemps réelle et véridique
Or, ils souhaitaient infiniment que leurs beaux mirages
Aient été vrais puis impressionnants :
« L’affection infinie pourrai-je la donner à ma future femme
Bien aimée de Paris ? » Disait l’un à l’autre. : « Tu verras
Tout ira très bien ne t’en fais surtout pas,
Mon ami ! » Lui répondait son compagnon
Avec une certaine quiétude.
En effet ils rencontraient dans leur passage
Et à travers leur voyage ;
67
Des obstacles auxquels ils ne s’attendaient point.
Mais qu’ils aient surmonté quand même.
O quelle coïncidence des idées splendides,
Étaient apparues soudainement aux deux bruns
Grâce à leur bonne patience et foi,
Aussi à cause de leur grande ambition ;
Une pensée irréelle devenait réelle.
« J’ai vraiment peur, car notre argent ne va pas
Nous suffire ! » : « Je t’ai déjà dis de ne pas t’inquiéter,
Tout se passera parfaitement et à merveille ! »
L’un d’entre eux ressentait une crainte de partir, mais
Par contre l’autre était bien sûr de lui. C’était
Ce qu’on pouvait déduire de leur dialogue. Leurs orages
Sauvages s’effaçaient par leur immense courage
Cette bravoure faisait donc leur propre force et arme.
La disgrâce les avait éduqués en leur rappelant les moments
Durs d’esclavage du passé. A l’aéroport d’Orly alors ils
Profitaient de leur joie incomparable.
Le vagabondage de ces deux bruns attirait rapidement l’attention
Des gens de cette jolie ville.
Ils heurtaient des mystères très étranges,
Qu’ils n’aient eu jamais vu auparavant, heureusement
Ils découvraient la lumière du bonheur,
68
Les meilleures couleurs de modernité et la figure de la civilisation
Enfin, ils atteignaient le pas de la liberté. En
Franchissant le sort de leur avenir.
Ces deux bruns pleins d’ambitions sans bornes,
Avaient pu ouvrir les grandes portes de leur vie
Grâce au tout puissant dieu, qui nous guide vers
Le chemin du salut, de la paix éternelle et du paradis.
Le 29-01-96

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 21:33

IMG 0258

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 20:54

DSCN0113

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 00:44

DSCN0107

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 18:30

Jan30#03
Jan30#03
par ecrivain-okifaouzi

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 16:59

« HOTESSE DE NUIT »

 

Nous y voilà ! C’est ici
Oh ! Quelle attirante ambiance
Changeons un peu nos habitudes ;
Vivons cette merveilleuse nuit
Enchaînons le temps,
Venez j’offre des cocktails à tout le monde
Aujourd’hui c’est un grand jour dans ma vie
Savez-vous que mon passé était si funeste
Alors dansons, chantons et effaçons nos blessures,
Nos douleurs puis tous ceux qui sont présent devant
Moi je leur soumis mon amitié.
Allez ! Mes amis amusons-nous bien
C’est une très belle soirée !
Où est la piste ?
L’acteur brûla ses ongles
Excusez-moi
Il fait si tard.
Le 02-05-95
29

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ecrivain-okifaouzi
  • Le blog de ecrivain-okifaouzi
  • : l'art pour l'art peut étre beau ; mais l'art pour le progrés est plus beau encore v.hugo
  • Contact

Recherche

Pages

Liens