Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 18:42

Des narcotrafiquants arrêtés par la police

Le civisme est une chose qu’on doit avoir absolument pour interdire l’immorale et combattre le mal qui se trouve partout dans notre société. Et ce civisme existe chez certains de nos citoyens, comme le montre une poignée de jeunes qui a réussi avant-hier à secourir une jeune fille lors d’une tentative de vol à l’arrachée commise par un malfrat.

En effet, ce malfaiteur odieux guettait une jeune fille seule qui faisait ses courses au centre ville d’Annaba et au moment de lui arracher son sac à main, il s’est fait prendre en flagrant délit par des jeunes gens présents sur les lieux, selon une source policière. C’est grâce à cet acte noble de citoyens que la police a pu épingler ce voleur. En outre, les éléments de la Brigade de Sidi Amar dans leurs rondes habituelle ont appréhendé une personne répondant aux initiales de S. A., âgée de 40 ans en possession de psychotropes et de kif traité, soit une quantité de 4 morceaux de drogue, 24 comprimés de Rivotril, 14 de Parkedil, 13 de Novatril, et autres comprimés. Le dealer n’a pas tardé à dénoncer son complice et fournisseur qui, à son tour, fut neutralisé quelques heures plus tard à bord de sa voiture de marque Peugeot. La fouille du véhicule a été fructueuse puisque les policiers ont découvert 20 tablettes de comprimés Rivotril dissimulées à l’intérieur et une sommes d’argents provenant des ventes, a-t-on encore appris. Les deux mis en cause ont été présentés au parquet d’El Hadjar pour détention et commercialisation de drogue et des psychotropes. Enfin, la commune de Séraidi, qui est située en altitude, distante d’une dizaine de kilomètres de la ville d’Annaba a dernièrement connu des arrestations de bandits dont la plus récente remonte à deux jours quand la brigade de la gendarmerie fut destinataire d’une plainte déposée par une victime de 29 ans, originaire de cette localité à la suite d’un cambriolage et vol. L’enquête ouverte par la gendarmerie a permis d’identifier et d’arrêter les auteurs du casse. Il s’agit d’une bande d’association de malfaiteurs composée de quatre individus qui s’étaient introduit dans le domicile de la jeune femme en son absence pour lui voler un micro portable et des bijoux. Le butin fut retrouvé caché dans un bois à plusieurs mètres du lieu du vol, indique-t-on. 

Oki Faouzi


Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 21:36

/      ENQUÊTE

 

                             LA FILIALE DE LA PLASTURGIE

             UN SECTEUR FAIBLEMENT EXPLOITE EN ALGERIE

 

 

 

D’après certains spécialistes en fabrication de produits en matière plastique notamment la transformation du plastique en Algérie, cette activité possède d’ores et déjà de nombreux avantages comparatifs au coût des matières premières, coût de l’énergie, coût de la main d’œuvre et à l’existence du marché local pouvant ainsi constituer une base pour les sociétés algériennes. Bien que Algérie dispose de potentialités importantes en plasturgie, elle demeure largement dépendante des importations. L’agence Ubifrance pour le développement international des entreprises souligne à ce sujet que sur un million de tonnes de plastique utilisé par an, seule la moitié est transformée en Algérie alors que le reste qui est un produits finis est importée Asie et d’Europe. Or, les exportations totales mondiales de la position 39 du SH2 à savoir les plastiques et produits plastiques avaient atteint 181 milliards en 2002 cela représente donc un marché extrêmement important et en très forte croissance. Les exportations algériennes est de l’ordre de 555,000 dollars durant la même période, soit note-on 1,2 millions de dollars d’exportations avaient été recensées en 1997 et pour cause des sociétés de production de transformation plastiques qui y sont assez rares et qui en particulier exportent des montants négligeables alors que ses capacités sont sous utilisées. indique-t-on. A cet effet il faut savoir que Algérie dispose pourtant d’un atout impressionnant pour la plasturgie pour laquelle l’industrie plastique qui reste utilisé à hauteur de 30% compte tenu des besoins de modernisation et de renouvellement des équipements existants . Pour le secteur privé celui-ci détient des capacités largement supérieures à celles des établissements publics. Or, cette filière est dominé par certains opérateurs privés à titre illustratif K-Plast, STPM mais toujours utile de noter que le secteur de plasturgie demeure encore faiblement développé notamment dans le créneau de la sous-traitance industrielle. Dans ce chapitre il est important de relever que les importations en matière de plastique ont atteint durant l’année 2008 plus de 600 millions de dollars soit une hausse de 32,73% par rapport à 2007. La France reste le premier fournisseur d’Algérie après l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne. Les importations de machines et appareils pour le caoutchouc et des matières plastiques ont coûté à l’état un montant de 74 millions de dollars en 2008 .informe-t-on.  Outre il faut savoir que L’Algérie accorde une importance particulière à l’industrie du plastique en développant d’importants projets de pétrochimie et production de polymères en partenariat, rappelle-t-on. La capacité de transformation de plastique en Algérie est de l’ordre de 60.000 t/an partagées entre 20 unités de production. Prés de 466 sociétés algériennes sont aujourd’hui spécialisées dans l’industrie du plastique et du caoutchouc. Environ 40 % d’entre elles sont actives dans le domaine de l’injection, 20 % dans l’extrusion, les sociétés restantes dans les secteurs de l’emballage et de la plasticulture, tous deux en croissance rapide. Les effectifs s’élèvent à environ 20 000 salariés.   La filière plasturgie “demeure encore faiblement développée, notamment dans le créneau de la sous-traitance industrielle. La production nationale d’articles scolaires, d’articles de ménage et de jouets en plastique, connaît des difficultés face à l’offre des produits importés. Les autres produits, comme les tubes ou les films agricoles.

Avec une consommation annuelle d’un million de tonnes, dont la moitié est importée d’Asie et d’Europe, le potentiel du marché algérien des plastiques est considérable.  La consommation par tête se situe entre 8 et 10 kg. Entre 2005 et 2007, 370 000 tonnes de divers produits en plastique d’une valeur de 600 millions de dollars US ont été importées. Aujourd’hui, la demande est estimée à 300 000 tonnes par an, toutes applications confondues.

                                     

                            PRES DE 2200 ENTREPRISES ACTIVENT

                               DANS LE SECTEUR DU PLASTIQUE

 

Les sociétés qui notamment occupent le premier rang sont des poids lourds tels que Sonatrach , Epic , Enpc ainsi que des moyennes et petites sociétés privés dont prés de 40 % sont actives dans le domaine de l’injection . A ce sujet il est à noter que de nombreuses entreprises italiennes sont d’ores et déjà à la recherche d’un partenaire algérien pour s’y installer soit indique-t-on 160 sociétés italiennes sont déjà en activité sur le sol algérien. L’Italie demeure le 2 eme fournisseur de l’Algérie en machine et produits en plastique et caoutchouc après la chine. Les exportations italiennes vers l’Algérie pour cette matière avaient été estimées à 21 millions d’euros. Or, 01 million de tonnes de produits en plastique sont consommés annuellement par les algériens cela conduit l’état importer plus de 500 000 tonnes d’Europe et d’Asie. D’après le CNIS centre national de l’informatique et des statistiques, Les importations en produits de plastique sont évaluées à 71,2 millions de dollars et les exportations des machines de conditionnement ont été de 132,9 millions en 2011. L’Algérie dispose pourtant d’un atout non négligeable pour la plasturgie et les investissements dans la pétrochimie sont fortement capitalistiques et exigent d’importants financements, c’est ce qui expliquent donc que les investissements publiques y aient été arrêtés dés le début des années 80 et bien avant le retrait de l’état de l’investissement productif. Ceci malgré les atouts indéniables de la filière en Algérie et les effets entrainement qu’elle peut avoir. Ces effets d’entrainement ne peuvent jouer que si le prix de la matière première est suffisamment incitatif pour des investissements en aval. Si cela était le cas de nombreuses autres filières pourraient en tirer avantages. L’exemple important est celui des fibres synthétiques pour l’industrie textile.         

 

                                                                               PAR OKI FAOUZI         

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 18:24

ANP

Vaste ratissage à la frontière algéro-tunisienne

A EN CROIRE DES SOURCES GÉNÉRALEMENT BIEN INFORMÉES, UN IMPORTANT RENFORT DES ÉLÉMENTS DE L’ANP A ÉTÉ DÉPÊCHÉ CES DERNIERS 48 HEURES SUR UNE LARGE BANDE DE LA FRONTIÈRE ALGÉRO-TUNISIÉNNE POUR RATISSER TOUTE LA ZONE ET DÉTRUIRE PLUSIEURS TERRORISTES QUI SE SONT INFILTRÉS DERNIÈREMENT SUR LE SOL ALGÉRIEN .

Selon les derniers renseignements, les force de l’armée venus de différentes régions de l’Est dont des djenoud de la zone de Chettaibi ont lancé des attaques contre un important groupe de terroristes tTunisiens encerclés dans les montagnes de Beni Saleh, distante de quelques mètres de la commune d’El Karma relevant de la wilaya d’El Taref. Les terroristes bien armés, ont été repoussés par les militaires tunisiens vers les zones montagneuses d’El Kef en Tunisie après plusieurs jours d’accrochage. Selon des témoignages des habitants , des tirs d’armes automatiques ont été entendus la nuit dans la région à la suite d’un accrochage, semble-t-il, entre les éléments de l’ANP et les terroristes encerclés qui voulaient se replier dans les fameux monts de Beni Salah. Un nombre bien renforcé de soldats algériens issus d’une unité spéciale anti- terroriste basée à Constantine ratissent déjà les montagnes s’étalant de Ain Kerma, Bouhadjar et Beni Salah pour retrouver et détruire jusqu’au dernier terroriste tunisien. Dans ce chapitre, il est impératif de citer que le ministère de l’Intérieur tunisien a lancé ces dernières 24 heures un avis de recherche de trois dangereux terroristes qui sont impliqués dans plusieurs affaires de terrorisme sur le sol tunisien. Ce ministère appelle ainsi toute personne possédant des renseignements à leur sujet d’informer sans tarder les autorités concernées. Il s’agit notamment de Ali Ben Mustapha Ben Saad El Kalai, de Kamel Ben Taieb Ben Mohamed Gadhgadhi et de Alaeddine Ben Abdelwahab Ben Abedelhamid Najahi. En outre, afin de rendre plus secret les opérations de lutte, le même ministère de l’Intérieur a rendu public un communiqué mercredi dernier portant sur des informations traitées par les médias tunisiens indiquant quelques détails des opérations militaires et sécuritaires de lutte anti-terroriste dans ce pays. Ce communiquei précise que la divulgation de ces renseignements vont certainement compromettre la sécurité des unités militaires ; un terroriste capturé par les forces de l’ordre, le dénommé Farid Barhoumi, qui a été emmené le 22 janvier 2014 au jebel chaambi pour indiquer aux soldats les emplacements des mines terrestres placées par ces complices, qui avaient placé des bombes un peu partout. Le 2 décembre 2013 , une mine explosa à Chaambi faisant un mort parmi les soldats tunisiens. Le terroriste appréhendé a avoué aussi que les groupes terroristes s’appuyaient sur les informations médiatiques au sujet des mouvements de l’armée et de la police pour fuir les pièges qui leur sont tendus. Notons enfin qu’à plusieurs reprises, les terroristes ont réussi à changer leurs plans et leurs positions afin d’échapper aux barrages sécuritaires .

OKI FAOUZI

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 19:25

lait        ENQUÊTE  partie 1

                             50 % DU LAIT CONSOMME PAR LES ALGÉRIENS

                                                IMPORTE PAR L’ÉTAT 

 

La filière  du lait connaît peu à peu une certaine évaluation en matière de production  grâce surtout aux performances réalisés dans une politique du renouveau rural et à l’importation prochaine de vaches laitières pour notamment consolider le potentiel de la filière .or, le directeur général de l’ONIL avait annoncé à la radio national un accord signé avec l’association française Bretagne international qui porte sur le développement du secteur en question soit un projet de 5,7 millions d’euros afin d’arriver à des prévisions estimées à 700 millions de lait cru en 2012 . Soulignons que 560 millions litres de lait cru ont été collectées en 2011 pour précise-t-on une production évaluée à 42% soit 1,4 milliard de litres sachant que l’algérien consomme en moyenne 120 litres par an contre 85 litres pour les Tunisiens et seulement 65 pour les marocains. Sur le plan de l’importation de la poudre du lait , l’état avait dégagé une enveloppe de 40 milliards de DA tout en mettant fin aux perturbations de distributions qui avaient touchées plusieurs localités et régions du pays auparavant avec un plan de stockage de poudre de lait importée qui reste d’ores et déjà suffisante pour couvrir la demande du marché intérieur jusqu’à presque la fin de l’année 2012 . A-t-on appris. Durant les 4 derniers mois 2012, la production nationale avait atteint 1,43 milliards de litres dans laquelle les pays producteurs à savoir Sétif, Tizi ouzou, Bourdj bou Arreridj, sidi bel Abbes, Tlemcen, Souk ahras et Batna avaient produit prés de 54% de la production globale.   A l’Est du pays à l’exemple de la wilaya de Souk Ahras qui possède une seule unité de production traitant ainsi 40 000 litres par jour, quelque 34 millions de litres collectés ont été transférés vers les unités de Guelma, Annaba, Skikda et El Taref  . Le cheptel bovin de cette wilaya compte 87 600 têtes dont 12100 vaches hybrides et 29 000 de races locales pour 5000 éleveurs dont 2100 intégrés au programme de collecte du lait. Révèlent les services agricoles de la wilaya.  Certes , les importations de lait de transformations avaient reculé durant l’année 2013 à 989,357 millions de dollars en chutant de 12, 4 % et la production de lait cru n’a pas pu répondre aux besoins de la population estimés à 5 milliards de litres par an . selon le CNIS centre national de l’information et des statistiques des douanes algériennes  l’Algérie dispose de seulement 250 000 vaches laitières qui sont loin de satisfaire la demande . Estime-t-on .  

                            PÉNURIE PERSISTE AU PAYS

          MALGRÉ LE BUDGET ÉNORME D IMPORTATION

Les services des douanes avaient révélé en 2013 que les importations de lait de transformation avaient atteint 423,4 millions de dollars durant les quatre premiers mois de l’année 2013 contre 371 millions de dollars en 2012 , soit une hausse de 14,12 % . Selon l’ONIL office interprofessionnel du lait , l’état accorde chaque année un montant de 46 milliards de DA pour le soutien de la filière du lait . or, depuis au moins semaine le sachet du lait de 25 DA est devenu rare chez les commerçants de la ville et cela lorsque la société de l’Edough implantée à Annaba a décidé de diminuer sa production laitière pour lancer la vente de sachet de lait de vache pour le prix de 35 DA . « Il faut se lever très tôt à six heures pour acheter un sachet de lait parce que à Neuf heures il n’en reste plus ! » nous affirme-t-on .Ainsi L’état prévoit une importation de 25 800 vaches laitières afin de pouvoir assurer l’arrêt des importations de lait qui coûtent au pays les 700 millions de dollars par an. En Algérie la production laitière qui est estimée à prés de 2 milliards de litres par an est principalement le fait de l’élevage bovin laitier qui notamment oscille entre les 1,2 et 1,4 millions de têtes. la période de 1983 à1997 était une période durant laquelle on avait enregistré une chute de 24% des effectifs du bovin passés à 1 255 000 têtes et avec le plan national de développement agricole et rural PNDRA lancé par le gouvernement en 2000 celui ci avait plus au moins pu surmonter les grosses contraintes liées à la production laitière et au développement de l’élevage bovin . Les pouvoirs publics ont accordé plusieurs facilités financières pour secourir le secteur qui était déjà en souffrance en octroyant des primes d’incitation à la production fixée à 7 DA le litre et une prime à la collecte du lait cru de 4 DA par litre. Certainement des résultats encourageants furent enregistrés dans nombreuses unités de transformations mais sur le terrain la facture des importations par l’état reste tout de même élevée. Nous indiquent certains professionnels du secteur.

            LA FILIÈRE LAITIÈRE : UN CRÉNEAU RAPPORTEUR 

 

Les consommateurs de la région d’Annaba et d’El Taref ont trouvé très choquant le prix du lait en poudre qui a grimpé de 10 à 30 da la boite à savoir Candia, Gloria, Loya et autres marques chez des plusieurs détaillants qui renvoient la balle vers les grossîtes. L’état algérien avait mobilisé depuis ces dernières années de gros moyens financiers dans le but de réduire la facture des importations en lait et dérivé qui avait atteint informe-t-on 1,28 milliard de dollars en 2008 alors qu’en 2009 elle avait été de l’ordre de 862 millions de dollars, un recul du à la baisse des prix international de la matière première. En 2009 l’Algérie avait importé 121 000 tonnes de poudre de lait alors qu’en 2010 la facture des importations des produits laitiers avait été de 52 millions de dollars. L’office national interprofessionnel du lait chargé de faire la répartition des quotas de poudre de

PARTIE 2

lait importée de l’Allemagne ou de l’Italie par les pouvoirs publics au profit d’une centaine de laiteries du pays distribue selon des professionnels de la filière une grosse part à ceux de l’algérois alors que cette filière compte 13000 éleveurs , 129 laiteries et 650 collecteurs . L’état indique-t-on accorde des subventions directes pour encourager la production laitière de 21DA/ litre distribués entre l’éleveur 12 DA, le collecteur 5 DA et le transformateur 5 DA. Or, les dérivés du lait notamment les crèmes glacées, les yaourts et autres dérivés comme les fromages qui sont préparés à base de lait déjà soutenu par l’état ne peuvent en avoir un autre soutien. Ces dérivés qui ont été lancés par des grandes laiteries comme Soummam, Danone, Yoplait, Hodna et autres. Le marché algérien qui est vraisemblablement dominé par la marque Soummam détenant plus De 45 % de parts du marché contre 23% pour Danone. Indique-t-on. A cet égard, il faut savoir que les services du ministère de l’agriculture ont fait état d’une production globale de 2,6 milliards de litres de lait cru attendue à la fin de 2010, soit une croissance de prés de 15% par rapport à 2009. Toute laisse à penser que la poudre de lait distribuée en quantité insuffisante aux producteurs et transformateurs avait déjà causé une réelle insuffisance selon plusieurs commerçants dans la distribution du lait en sachet et une pénurie à travers plusieurs régions de l’Est du pays alors que l’état avait accordé à cette filière très importante une subvention de l’ordre de 12 milliards de DA.    

           UN POTENTIEL IMPORTANT DE TRANSFORMATION

Le marché de transformation dans lequel Candia Algérie qui est issue du partenariat de la société française et l’ancienne entreprise de soda Tchin Tchin détient la plus grosse part du marché du lait UHT 79% produisant ainsi 200 000 litres par jour. les collecteurs aussi font beaucoup d’efforts pour faire durer l’activité comme le cas d’un collecteur de lait de vache qui sillonne avec sa camionnette citerne la région de MIla , Sidi Merouane et Ain Beida afin de rassembler chez une quinzaine d’éleveurs prés de 500 litres de vache qu’il livre à l’unité Grouz . A ce titre il faut noter qu’une bonne vache peut donner 20 litres par jour, sa ration d’aliment avoisine les 4 quintaux par mois. A-t-on souligné. Concernant les produits laitiers le groupe Giplait qui dispose d’une capacité de production de 30 millions de litres de lait pasteurisé et de 600 000 litres de lait fermenté domine le marché, son complexe fromager de Draa Ben Khedda est l’important producteur de produits laitiers dans la wilaya de Tizi Ouzou , il produit le célèbre camembert le Tassili qu’on trouve partout dans le pays . le marché du fromage est dominé par quelques marques aussi notamment la vache qui rit , le Berbére , le Tassili et la jeune vache ainsi que qu’une minorité de fabricants de Constantine alors que le marché du yaourt en Algérie appartient à Danone , Soummam , Yoplait et Trèfle . révèle-t-on.

Or, dans la localité de Mechroha à l’Est du pays possédant une laiterie qui produit 40 000 litres/jour ou’ l’élevage des vaches laitières demeure globalement traditionnel dans cette wilaya en dépit de l’évaluation du cheptel soit 32 % de la production avaient été réalisés part 9 000 vaches modernes soit 17 % du cheptel composé de 50 100 vaches laitières. Quelques 34 millions de litres collectés avaient été transférés vers les unités de Guelma, Annaba, Skikda, El Taref et Constantine. A-t-on indiqué auprès des services agricoles. Le cheptel bovin de la wilaya compte au tota78 600 tètes dont 12 100 vaches hybrides et 29 000 de races locales. La ville de Souk Ahras compte 5000 éleveurs dont 2100 intégrés au programme de collecte du lait. ONIL l’office national interprofessionnel du lait verse des aides publiques depuis 2010 aux éleveurs, aux collecteurs et aux transformateurs. En outre le manque d’unités de transformation, la filière reste confrontée à la faiblesse de la diversification des aliments de bétail, le manque de suivi vétérinaire et la mauvaise organisation de l’activité de collecte. Dans la région de l’ouest du pays et plus précisément dans la wilaya de Sidi Bel Abbes dont les besoins de la population qui sont estimés à plus de 46 millions de litres et dont plus de 23 millions de la production destinés pour les habitants ruraux , soit un taux de couverture de 72 % et un déficit de 13 millions de litres par an . Les besoins des habitants de la région pour une population totale de plus de 580 000 citoyens estimés à exactement une quantité de 80 litres par habitant et par an récoltés par 3000 exploitations comprenant 21 400 vaches laitières . il faut savoir que les programmes de développement soutenus par l’état avaient réellement permis à la croissance de l’élevage dans la wilaya depuis les dernières années . L’on indique que c’est plus de 680 éleveurs laitiers produisant avec un nombre de 5320 vaches laitières modernes, une vache pour donner entre 18 et 20 litres par jour a besoin de 4 quintaux d’aliments par mois . Soulignons que le déficit dénombré est généralement comblé par l’apport de quelques unités de transformation en lait recombiné qui suffisait autrefois plusieurs localités limitrophes de la wilaya en question et le manque constaté  de poudre de lait sur le marché. révèle-t-on .               

 

                                                           PAR OKI FAOUZI  

 

 

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 23:37

Sameh Fafty, consul général, inaugure le TLS contact

LE NOUVEAU CENTRE TLS CONTACT DE ANNABA A ÉTÉ HIER DANS L’APRÈS MIDI INAUGURÉ PAR LE CONSUL GÉNÉRAL SAMEH SAFTY , LE WALI DE LA VILLE, LE DIRECTEUR DES AFFAIRES GÉNÉRALES ET DE LA RÉGLEMENTATION ET DU PRÉSIDENT DE TLS CONTACT M. CHRISTIAN WEISGERBER . 

En effet, l’ouverture et la réussite du premier centre de collecte des demandes de visa pour la France à Alger intervient dans le but d’offrir une qualité de service maximale au public qui s’inscrit notamment dans une démarche générale de l’ambassade de France. Ainsi, TSL Contact avait externalisé la réception des demandes de visas pour l’ambassade de France à Pékin en 2007 en étendant ses opérations à l’échelle mondiale pour offrir une solution de mutualisation dans chacun de ses centres. Celui d’Alger opère d’ores et déjà pour le consulat général de France, l’ambassade d’Italie en Algérie et pour le Canada, indique-t-on. L’externalisation sera opérationnelle à partir du 28 janvier 2014 à Annaba, date à laquelle les demandeurs de visa français pourront donc déposer leurs dossiers auprès de TLS contact qui prévoit une réception de 40 000 demandeurs par an pour l’Est algérien après avoir pris rendez-vous par Internet sur le site de l’entreprise en question. TSL contact est constitué de 03 plateaux bâtis sur une surface de 1098,81 m2 offrant 19 guichets dont le service premium de 6 cabines biométriques permettant de recevoir plus de demandeurs, soit, souligne-t-on, un nombre de création de 40 postes d’emploi  durable pour des agents diplômés qui travailleront dans ce lieu situé au lotissement Gassiot 02 prés du consulat général de la Tunisie. Le traitement des dossiers se traite toujours au consulat de France, et en 2013, il avait reçu 16% de demandeurs de plus qu’en 2012. Cependant, avec cette externalisation, l’augmentation constatée va se poursuivre, et grâce à ce nouveau centre, les RDV seront beaucoup plus importants, et parallèlement, les délais de traitement des dossiers seront ainsi réduits. Il faut signaler que le taux de refus enregistré durant l’année 2013 a été de 29%, alors qu’à Oran, il est de 32% pour une moyenne de 300 dossiers de demandes reçus par jour, représentant une colossale somme d’argent, estimée à près de 18 600 euros quotidiennement d’entrée monétaire, a-t-on appris encore appris.

OKI FAOUZI

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 22:34

Cinq années de prison pour incitation à la débauche

LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE ANNABA A CONDAMNÉ, JEUDI, B. K. ET K. A. À DEUX ANS DE PRISON FERME POUR INCITATION À LA DÉBAUCHE ET CRÉATION D’UNE MAISON CLOSE. DEUX AUTRES ACCUSÉS EN FUITE ONT ÉTÉ CONDAMNÉS ÉGALEMENT À CINQ ANNÉES D’EMPRISONNEMENT PAR CONTUMACE POUR LE MÊME DÉLIT.

La genèse de l’affaire remonte à l’été de l’année 2013 lorsque SF, toujours en fuite, s’est présenté chez son ami BK lui demandant d’héberger durant deux ou trois jours chez ses grands parents sa fiancée, semble-t-il qui avait été mise par sa famille à la porte. Pour convaincre son ami, SF lui donna une petite somme d’argent pour qu’il accepte sa demande. Les choses se sont aggravées quand une amie de BK vint à son tour demander le gîte. Les mis en cause avaient passé plus d’un mois ensemble s’adonnant à la consommation de la drogue et de l’alcool jusqu’au jour où les voisins agacés par le tapage nocturne ont déposé une plainte. C’est ainsi que les deux auteurs présumés, BK et KA, ont été ainsi arrêtés et présentés devant la justice. Durant leur procès, BK a avoué avoir passé un mois avec ses compagnons : «Monsieur le juge, j’ai fait confiance à mon ami, je croyais que c’était sa fiancée... Quant à KA, c’est ma voisine, elle est majeure, elle m’avait demandé de l’héberger durant quelque temps seulement.» Pour l’avocate de BK, le seul tort de son client est d’avoir fait confiance à son ami. «Mon client reconnaît avoir reçu chez lui les autres accusés, mais ce n’était pas dans le but de les inciter à la débauche. Le véritable instigateur de cette affaire est SF qui avait fui avec sa compagne», précise l’avocate. Aprés les délibérations, BK et KA ont été condamnés à deux ans de prison fermes, alors que les deux autres personnes en fuite à cinq ans par contumace.

OKI FAOUZI

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 17:02

      L’ALGÉRIE UN GROS CLIENT  IMPORTATEUR

                                           DES CEREALES

 

Des économes font savoir que la production mondiale de blé devrait atteindre les 695 millions de tonnes en 2013 et notre pays réputé en tant que grand consommateur et importateur de céréales , occupant ainsi la première place des  pays vers lesquels sont destinées les grands cargaisons de céréales en provenance du port spécialisé de Rouan en France . Les cargaisons de blé tendre acheminés vers l’Algérie avaient dépassés les 25 000 tonnes de blé tendre , elle avait importé en 2011 quelque 70 millions de quintaux et plus de 50 millions de quintaux en 2012 . Indique-t-on . l’office algérien interprofessionnel des céréales OAIC avait annoncé il y’a quelques temps avoir acheté 500 000 tonnes de blé dur au mois d’août 2012 afin de couvrir notamment les besoins des premiers mois de l’année 2013 en prévision d’une hausse des prix des céréales sur le marché international . A ce sujet il faut savoir que la France reste le premier producteur de céréales de l’union européenne avec 70 millions de tonnes de céréales et environ  35 millions de tonnes de blé . Parallèlement le Maghreb qui comprend l’Algérie , le Maroc et la Tunisie consomme par ailleurs chaque année plus de 10 millions de tonnes de blé tendre dont plus de 50 % sont achetés sur le marché mondial . Et reconnaissons le , la France assure une sécurité sanitaire de production complète qui répond aux attentes de la demande du consommateur algérien . Durant les quatre premiers mois de 2013, les importations algériennes de blé ont augmenté de 11,5% et la facture des importations a atteint 700,03 millions de dollars contre 627,79 millions en 2012 . Révèle-t-on .  

 

                   1,70 MILLARDS DE DOLLARS D’ACHAT DE BLÉ

 

 les importations de blé tendre et dur ont atteint 1,873 million de tonnes les quatre premiers mois de 2013, contre 2,021 millions de tonnes à la même période 2012, en baisse de 7,32%. Notons que les achats de blé tendre ont atteint les 557,45 millions de dollars pour une quantité de 1,526 million de tonnes contre 438,62 millions de dollars et 1,598 million de tonnes à la même période en 2012. L’Algérie a importé durant les 4 premiers mois de l’année 2013 une quantité de 345.763 tonnes pour le montant de 142,58 millions de dollars contre précise-t-on l’achat de 423.244 tonnes pour 189,17 millions de dollars pendant la même période de 2012 .

les chiffres du centre national de l’informatique et des statistiques indiquent que la facture d’achat « blé tendre et dur » de l’Algérie a augmenté de 14,5 %  durant les cinq premiers mois de 2013 malgré une baisse de plus de 5,22% des quantités importées . La facture des importations de blé a atteint 913,34 millions de dollars au cours de cette période de l’année  contre 841,88 millions de dollars à la même période en 2012. Précise le CNIS . les importations de blé tendre et dur ont atteint 2,451 millions de tonnes les cinq premiers mois de 2013, contre 2,586 millions de tonnes à la même période 2012, en baisse de 5,22 % .

 les achats de blé tendre ont atteint les 704,94 millions de dollars pour la quantité de 1,942 million de tonnes contre 550,785 millions de tonnes en 2012 . Alors que pour le blé dur l’Algérie a importé durant les cinq premiers mois 2013 pour 205,40 millions de dollars (501.737 tonnes), contre 291,1 millions de dollars pour note-t-on l’achat de 668.352 tonnes en 2012 . Enfin pour les neuf premiers mois de 2013 , la facture d’importations algériennes de blé a augmenté avec un taux de 14,45 % atteignant ainsi le montant de 1,70 milliards de dollars contre 1,48 milliards de dollars en 2012  et c’est l’achat de blé tendre qui continue d’alourdir la facture céréalière de l’Algérie alors que la production de blé algérienne de la saison agricole 2012-2013 a atteint 49,1 millions de quintaux au niveau national représentant une baisse de 900 000 quintaux par rapport à la saison précédente , les besoins en céréales sont estimés à 8 millions de tonnes par an  .révèle le ministère de l’agriculture et du développement rural .    Soulignons que les principaux pays fournisseurs de l’Algérie en blé sont principalement la France , les états Unis et le Canada . l’Algérie reste le plus gros client de la France pour les céréales après la Belgique , le Royaume Unis et l’Égypte . il est impératif  d’agir et développer l’agriculture pour renforcer la sécurité alimentaire et surtout réduire la facture de l’économie nationale et la dépendance économique envers les hydrocarbures dont les réserves seront chutées durant les 40 années à venir . il faut une mise en place urgente d’une politique dans le secteur agricole afin d’exploiter plus de terres en augmentant la production agricole et diminuer la facture alimentaire de l’Algérie qui est estimée à plus de 10 milliards de dollars par an dont 4 milliards de dollars pour les céréales . En outre il est nécessaire d’introduire de nouvelles techniques permettant ainsi d’accroître le rendement des superficies cultivées en céréales avec 8 millions d’hectares de terres agricoles que compte le pays, seulement 2 millions d’hectares sont exploités. indique-t-on .  

 

                                      PAR OKI FAOUZI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 20:43

 

Procès de Jean-Michel Baroche à Annaba

L’UN DES PROCÈS QUI AVAIT ÉTÉ TRAITÉ PAR LA JUSTICE DURANT L’ANNÉE 2013 AVAIT ÉTÉ CELUI L’AFFAIRE JEAN-MICHEL BAROCHE LORS D’UNE AUDIENCE OÙ L’ON NE VOYAIT QUE DES ROBES NOIRES.

Incroyable mais vrai, le procès qui avait eu lieu le jeudi 18 avril 2013 à la cour d’assises d’Annaba pour l’affaire qui avait fait couler beaucoup d’encre dans la presse nationale et internationale s’est tenu en l’absence de la presse écrite des deux langues, des médias lourds et des agences de presse, notamment APS et AFP. Il n’y avait qu’une flopée de robes noires et un dispositif sécuritaire jamais vu auparavant. Le procureur général et le président du tribunal avaient choisi une option à huis clos valable que les journalistes qui ont été forcés de quitter la salle, laissant leurs places aux nombreux stagiaires et avocats qui n’ont aucun lien avec l’affaire en question. Des journalistes mécontents de cet état de fait inattendu du parquet se sont regroupés tous pour aller se plaindre au procureur général Sekki du tribunal criminel, les malchanceux sortaient avec une promesse de suspension du procès pour qu’ils assistent, hélas !, le portail avait été fermé. Bref, ce personnage étrange, Jean Michel Baroche, âgé de 68 ans, surnommé Abderrahim, de nationalité française, avait été un peu rassuré par ses quatre défenseurs à la barre dont un bâtonnier du barreau de Constantine et un Franco-Algérien du barreau de Paris. Sept personnes étaient impliquées avec le principal détenu, S. A., un ex-vice-président de l’APC, F. A. une attachée de presse du cabinet du wali, M. Y., un gynécologue, B. R., le chauffeur de Baroche, et d’autres médecins. Une vingtaine de témoins ont été appelés à la barre ainsi que six jeunes victimes dont deux mineurs dans cette scabreuse affaire de mœurs. Les faits avaient débuté dans la journée du 17 février 2012 lorsqu’une des victimes décida de dénoncer à la police les actes subis dans une villa située à la cité El-Mordjen 2, à Annaba. Elle n’était pas la seule à être violée, puisque 15 autres filles avaient connu le même sort de la part du Français qui utilisait des drogues dissoutes dans un verre de jus offert aux jeunes victimes avant d’être agressées sexuellement puis filmées. Plusieurs lourds chefs d’accusation avaient été retenus par la chambre du parquet : agression sexuelle sur mineure, viol sur mineures, usage de drogue, incitation à la débauche, détention et diffusion sur le web de vidéos à caractère immoral, création d’un lieu pour la débauche, aménagement d’un lieu pour la prostitution, infraction à la réglementation des changes et trafic d’influence. Des accusations lourdes que l’auteur des faits avait niées catégoriquement. Transfert illégal de devises Les enquêteurs de la police judiciaire avaient déterminé dans leur enquête plusieurs mouvements de transferts d’argent en euros sur le compte de Baroche via la Société Générale Algérie , une somme de 96 280 euros entre la période les mois de février 2012 et avril 2012, soit, indiquent les enquêteurs, 63 opérations de retrait avaient été effectuées par l’homme en question estimés à 96 141,70 euros. Cette somme, changée au marché noir pour un montant de 1,4 milliards de centimes, était selon toute vraisemblance le fruit de ventes de certaines productions mettant en œuvre de nombreuses filles de la ville et d’autres de Tunisie . Le journal Le Monde avait publié un papier sur cette affaire sous le titre «Jean-Michel Baroche, pédophile, proxénète emprisonné depuis une année en Algérie» veut rejouer une affaire similaire, celle de Florence Cassez, une Française qui avait été emprisonnée en Mexique pour enlèvement puis libérée grâce à son pays. Ce personnage était responsable de l’agence de mannequins Glamour Arabain Talent en Tunisie. A noter, enfin, qu’après délibérations très tardive, le jury avait condamné l'accusé principal à une peine criminelle de 7 ans assortie de 200 000 DA d'amende seulement alors que son chauffeur a écopé de 6 ans avec une amende de 200 000 DA, l'ex-vice président de l'APC 4 ans avec la même amende ; les autres ont bénéficié de peines d'une année et des relaxes, alors que le procureur général avait requis des peines allant de 3 à 10 ans de prison ferme.

OKI FAOUZI

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 16:16

Combien de milliards échappent au fisc ?

LE WALI PRÉFÉRÉ DES BÔNOIS PARMI, SOULIGNE-T-ON, TOUS CEUX QUI AVAIENT ÉTÉ NOMMÉS À LA TÊTE DE L’EXÉCUTIF DE LA WILAYA DE ANNABA, ZOUBIR BENSABBANE, ÉTAIT À SON ÉPOQUE, IL Y A QUELQUES ANNÉES, UN VRAI DÉCIDEUR DANS SA MISSION, ET SANS LA MOINDRE CRAINTE N’AVAIT PAS HÉSITÉ À DÉNONCER CERTAINS REDOUTABLES CERCLES MAFFIEUX ACTIVANT ENCORE DANS CETTE VILLE. 

Ces cercles maffieux, sortant du néant et ayant tous un dénominateur commun : celui du gain facile, ce générateur de fortunes colossales dont l’origine est toujours douteuse, des gros bonnets qui se mettent souvent au dessus de la loi ou en la contournant pour arriver à leurs fins . Or, l’ampleur d’un certain réseau d’influence composé de nouveaux riches et de hautes personnalités de l’état ayant fait leur beurre aux moyens de passe-droit qui sévissent à chaque palier dans des manoeuvres illicites . En plus, les services des impôts ne se sont jamais inquiétés pour enquêter sur ces richissimes du pays, et combien de milliards de dinars échappent encore au trésor public en matière de dettes fiscales ? L’ex-wali avait ouvert plusieurs enquêtes sur le trafic du foncier dont le détournement d’un terrain destiné à un projet d’habitat de 826 logements sociaux par quelques barons à Annaba, nous a-t-on appris. Ces derniers s’étaient arrogés sur les privilèges fonciers à l’époque et des biens de l’Etat pour lesquels l’ex-wali avait ordonné des enquêtes minutieuses durant sa mission, semble-t-il, sur plusieurs dossiers douteux, voire suspects non classés. Or, sa lutte acharnée s’est engagée contre la mafia locale du foncier, le trafic d’influence, le détournement du patrimoine de l’état, la corruption, l’enrichissement personnel et les terrains d’assiettes d’investissement dévastés par certains ex-membres de la wilaya . D’après les révélations de Zoubir Bensabbane, 120 lots de terrains d’investissement avaient servi de plateforme pour le blanchiment d’argent. Outre les passations de marchés contraires à la loi, ainsi que les nombreuses parcelles de la zone d’expansion touristique demeurent toujours réservées à certaines personnes influentes. Beaucoup de dossiers sulfureux sont non résolus et restent camouflés, l’ex- wali avait été limogé à cause de cela. En effet, c’est aux décideurs de nous éclairer et de faire toute la lumière sur les zones d’ombre qui persistes.

OKI FAOUZI

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 14:22

Des boulangers trichent sur le poids et vendent leurs pains dans la rue

A ANNABA, TOUS LES MOYENS SONT BONS POUR GAGNER VITE DE L’ARGENT, ET LE COMMERCE DU PAIN EST DEVENU, DE NOS JOURS, L’UN DES CRÉNEAUX LES PLUS FLORISSANTS DANS CETTE RÉGION DE L’EST. ICI LE CONSOMMATEUR DOIT SE LEVER TÔT POUR AVOIR SON PAIN PARCEQUE, DÈS LES PREMIÈRES HEURES DE L’APRÈS-MIDI, IL NE RESTE PLUS DE PAIN CHEZ LES BOULANGERS DE LA VILLE MALGRÉ LES NOMBREUSES BOULANGERIES OUVERTES UN PEU PARTOUT DANS LES QUARTIERS DE LA WILAYA.

Le mois de juin 2012 avait connu deux journées de grève générale déclenchée par tous les boulangers de la wilaya, qui avaient ainsi répondu au mouvement national mais l’«anomalie» suivante avait été constatée : le pain se préparait derrière des rideaux baissés avant d’être confié à des jeunes marchands au noir. Ceux-là le revendaient dans la rue aux citoyens à raison de 20 et même 30 DA la baguette. Selon les services de la police économique, la grève a été suivie à un taux de 98 %. Suite à cela, les représentants des boulangers s’étaient entretenus avec le secrétaire général de la wilaya et le directeur du commerce pour trouver une solution à leurs revendications, relatives notammen à une augmentation pour du prix du pain, sachant que la farine coûte actuellement 2 000 DA et la levure 3 000 DA. Or, selon certains commerçants, cet aliment populaire est un produit très prisé par toute la population annabie et surtout très rentable en matière de gain. La majorité des boulangers ont essayé d’augmenter le prix du pain à tout prix mais le ministère du Commerce qui a l’œil sur le marché s’oppose à toute augmentation, qui ne pourrait que contrarier le consommateur algérien. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture estime dans une étude faite que les Algériens consomment presque 49 millions de baguettes par jour. L’Algérie, selon le clasement établi par l’organisme onusien, occupe la quatrième place mondiale en termes de qualité de pain après la France, les Etats-Unis et les Philippines. Le gouvernement a administré un prix de 7,5 dinars pour le pain simple et de 8,5 dinars l’amélioré. Certainement presque tous les boulangers en activité à Annaba trompent l’Etat avec des magouilles qu’ils provoquent au vu et au su de tout le monde, en trichant par exemple sur le poids. Au lieu de respecter le poids réglementaire de la pâte, qui est de 250 grammes, ils en mettent 180 grammes seulement. Tout ceci avec la complicité des vendeurs clandestins de rues qui se sont emparés des ruelles du marché couvert de la ville et ceux de la Colonne. Les boulangers s’arrangent pour «livrer» les revendeurs qui exposent leur «marchandise» sur le trottoir , avec tous les risques que cela comporte pour la santé humaine, à des prix prohibitifs. Ainsi, une baguette est proposée à 20, voire 30 dinars alors que son prix réel est de 7,5 dinars. Ce sont au total 280 boulangeries sur les 20 000 existant à l’échelle nationale qui exercent au niveau de la ville soit, estime-t-on, une moyenne de 10 tonnes de farine produisant près de 5 000 baguettes par jour, une trentaine de boulangeries produisent 300 tonnes de farine près de 150 000 baguettes par jour dont la moitié est revendue au marché noir pour le prix deux fois plus que son prix faisant un gain évalué à 50 millions par jour dont une marge bénéficiaire revient aux marchands clandestins et le reste c’est le gain réel des boulangers en activité. Il est impardonnable pour un père de famille qui ne trouve pas de pain chez le boulanger au milieu de la journée et que juste en face des cartons remplis de pains se vendent sur la rue avec un prix cher devant les yeux de ces boulangers, constate-t-on. Désormais cet aliment, particulièrement stratégique, se retrouve aussi chez l’épicier, le laitier, dans les supérettes et surtout chez les marchands ambulants dans des conditions d’hygiène, ces derniers trimbalent leurs corbeilles d’un endroit vers un autre causant un risque d’altération avec une totale absence de conditions d’hygiène. A ce sujet, il est à noter qu’ une certaine tension est ressentie actuellement sur la vente de la farine notamment sur l’approvisionnement en cette matière de base pour les boulangers dont plusieurs d’entre eux avaient stocké une bonne partie pour leur activité, dit-t-on. Malgré cette situation les familles algériennes continuent de jeter le pain rassis aux poubelles. Des jeunes gens ramassent ce pain sec trouvé dans les ordures pour le revendre de nouveau à l’éleveur de bétail à un prix qui varie entre 150 dinars à 200 dinars le sachet de 20 Kg. Dès 7 heures du matin ils sillonnent les quartiers en criant «pain sec, pain sec» d’une fenêtre ou d’un balcon, des sachets de ce pain sont jetés du haut des immeubles pour cette catégorie de ramasseurs et revendeurs du pain. Un contrôle strict dans cette filière est tout à fait nécessaire pour faire cesser toutes ces pratiques frauduleuses et immorales.

OKI FAOUZI

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ecrivain-okifaouzi
  • Le blog de ecrivain-okifaouzi
  • : l'art pour l'art peut étre beau ; mais l'art pour le progrés est plus beau encore v.hugo
  • Contact

Recherche

Pages

Liens