Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2017 6 15 /07 /juillet /2017 23:09

Un transport misérable avec des taxieurs à côté de la profession

Chaque citoyen questionné sur le sujet du transport public affiche un réel mécontentement tout en accusant les responsables du secteur ainsi que les pouvoirs publics d’incompétence confirmée. Or, selon des constatations sérieuses faites, le secteur des Transports publics a vraisemblablement besoin d’un réel assainissement sur le plan professionnel et moral surtout.

A Annaba pas mal d’irrégularités sont constatées sur le terrain, soit des attentes déprimantes, bousculades, surcharge, manque de respect et parfois agressions au niveau des stations de Kouche Noureddine ou celle de Larmaka el hattab où des usagers subissent le diktat des transporteurs de bus, les attentes épouvantables, les décibels des postes cassettes sans oublier l’insécurité et la vétusté du matériel. Pour ce qui concerne le transport suburbain avec un nombre de 260 bus à travers 24 quais, à cet endroit de la ville, la pollution atmosphérique est insoutenable en égard d’une part à la vétusté des véhicules et aussi à la nature du carburant utilisé.
Certainement cette station de Kouche est l’un des lieux les plus encombrés de la ville, celle-ci avait été ouverte aux transporteurs privés au milieu des années 1990 pour justement juguler le plus croissant de la circulation routière à l’intérieur du tissu urbain assurant la desserte quotidienne entre Annaba et sa périphérie. C’est remarque-t-on la course au profit facile, la non délivrance de tickets, le non-respect des prescriptions de contrôle technique de véhicules ou encore le non-respect des conditions d’hygiène sont des contraventions régulièrement commises par les transporteurs.

Des taxieurs hors-la-loi
Dans ce point, des usagers révèlent en outre que de leur côté les chauffeurs de taxis-services ne se plient à aucune règle ni loi en vigueur en appliquant leur propre règlement notamment en matière de tarifs. La course pour un court trajet qui est fixée à 120 DA, les taxieurs exigent un prix de 150 DA aux clients alors que pour des trajets longs ne dépassant pas les 12 km à partir du centre ville, ils demandent 500 DA sinon 450 DA au lieu de 400 DA le prix réel. Ils travaillent comme ils veulent puisque ils savent qu’il n’existe aucun contrôle dans le secteur des Transports.
D’autres taxieurs préfèrent travailler à la commande par téléphone. Certains indélicats taxieurs choisissent les trajets en évitant des allers sur des pontes ou des chaussées mal tracées et s’ils partent ces derniers exigent aux clients des prix élevés non réglementaire, dénonce-t-on. D’autres catégories en plein service portent une tenue insolente, diffuser une musique vulgaire et enfin fumer à l’intérieur du véhicule sans l’assentiment des usagers. Des pratiques réellement interdites par une certaine loi non respectée. Un contrôle vigoureux devrait être fait au niveau de ce secteur loin de devenir performant et efficace à Annaba, ajoutent nos informateurs.

Des vrais faux taxieurs en service à Annaba
Généralement lorsqu’on parle de fraudeurs dans le transport urbain l’on pense surtout aux vieilles voitures conduites par des retraités ou de simples fonctionnaires qui notamment essayent par n’importe quel moyen de trouver un revenu supplémentaire clandestinement. En effet, aujourd’hui devant chaque station de bus dans la majorité des quartiers du chef-lieu de la wilaya d’Annaba, on trouve des clandestins à bord de leurs véhicules neufs stationnés en train d’attendre des clients. Dès fois il y’a ceux qui sont audacieux, ils abordent sans gène les passagers qui attendent des taxis pour se déplacer.
L’autre catégorie de vrais fraudeurs sont des faux taxieurs qu’on ne peut pas soupçonner à première vue parce que ces pseudos taxis sont déguisés en vrais taxis avec leurs voitures peintes en jaune portant un numéro de licence d’exploitation apparent sur le portail, informe-t-on. A ce sujet certains chauffeurs de taxis interrogés nous ont affirmé qu’ils sont soit des doubleurs non déclarés, soit des audacieux clandestins qui font usage de fraude en changeant souvent leurs véhicules pour qu’ils ne se fassent pas attraper.
Cette catégorie de clandestins cible dans la plus part du temps les hôpitaux et les cliniques de la ville pour pouvoir ramasser une forte clientèle. Des nombreux citoyens se plaignent des tarifs exigés par ces fraudeurs en fin de course. A cet effet il est tout à fait nécessaire que les autorités locales compte tenu du manque de contrôle assidu au sein de la profession et le manque de sévérité à l’égard des fraudeurs prennent des mesures plus dissuasives pour mettre un terme à ce grand laisser faire, ajoute-t-on. Or, très souvent, des fraudeurs et des taxieurs se retrouvent impliqués dans des affaires nocturnes délictueuses notamment dans des agressions, crimes et vols.

Six ans pour un chauffeur de taxi impliqué dans un vol et une agression
impliqué dans une affaire de vol nocturne avec violence, T. Aïssa, 26 ans, originaire de Annaba et taxieur de son état, a été condamné lors de la dernière session criminelle de Annaba à six ans de prison ferme. L’arrêt de renvoi de la chambre d’accusation indique que les faits constituant cette affaire remontent à la nuit du 6 juin 2012 aux environs de 3h00 lorsque l’auteur présumé se trouvait à bord de sa voiture de marque Peugeot 505 à quelques mètres du complexe touristique Rym El Djamil, le lieu du drame et où était stationnée une fourgonnette appartenant aux victimes B. Boualem et M. Ali.
Exténués selon leurs propos par leur voyage, les deux malheureux dormaient à l’intérieur de la camionnette quand soudain deux malfrats armés de couteaux les avaient surpris. L’un avait fracturé la portière avec son cran d’arrêt avant d’asséner un violent coup sur le visage de B. Boualem qui avait essayé avec courage de se défendre contre son agresseur alors que l’autre complice avait réussi à lui porter un coup de couteau au dos et prendre rapidement un sachet plein de billets de banque qui était caché sous le siège. Le taxieur qui les attendait avait mis le moteur en marche et ouvert les portières du véhicule aux malfaiteurs pour les aider à s’enfuir.

Malheureusement pour lui, un témoin ayant assisté à la scène a relevé le numéro d’immatriculation de la voiture et avisé les éléments de la Gendarmerie nationale qui l’ont appréhendé. Celui-ci niera durant l’interrogatoire sa participation dans l’affaire et refusa de fournir le moindre indice pouvant arrêter les agresseurs. Lors du procès, l’accusé donna des déclarations mensongères pour se disculper. L’avocat de la partie civile a insisté sur la gravité de l’acte et exigea des circonstances exténuantes.
Dans sa plaidoirie, la défense a plaidé non coupable. De son côté, le procureur de la République a axé son réquisitoire sur la thèse de la complicité. Pourquoi n’est-il pas allé avertir les services de sécurité au moment des faits ? Il a requis 12 années d’emprisonnement. Au terme des délibérations, le jury a retenu les charges qui pèsent sur le détenu et prononça la peine de six ans de réclusion criminelle assortie d’une amende et la mise en fourrière du véhicule

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de ecrivain-okifaouzi
  • Le blog de ecrivain-okifaouzi
  • : l'art pour l'art peut étre beau ; mais l'art pour le progrés est plus beau encore v.hugo
  • Contact

Recherche

Pages

Liens