Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 20:41

 

Selon toute vraisemblance, à Annaba ils sont de plus en plus nombreux à battre le pavé à longueur de journée dans les différentes artères de la ville.

A leur vue, les passants préfèrent souvent se détourner et changer carrément de trottoir et ce en raison du comportement quelque peu agressif manifesté par bon nombre de ces sans logis qui faut-il souligner comptent dans leurs rangs beaucoup de malades mentaux. présents dès les premières heures de la journée, jeunes et moins jeunes que l’on dit avoir perdu et le gîte et la raison semblent suivre un chemin tout tracé mais dont ils sont les seuls à connaître l’itinéraire. En effet le constat est frappant, l’image quotidienne est bien ancrée dans la dynamique urbaine, on les trouve partout aussi bien dans les quartiers pauvres de Boukhadra que dans les cités dites de Beau Séjour errant d’une zone à l’autre, ces laissés pour compte sont arrivés pour la plupart dit-on par la voie ferroviaire.
Le phénomène a pris une telle ampleur aujourd’hui. Selon les citoyens interrogés, que cela ne doit plus laisser personne indifférent ; ils estiment ainsi que les autorités et les responsables des structures compétentes se doivent de réagir au plus vite pour tenter de trouver une solution à ce problème. Le département de la santé mentale au ministère avait avancé que plus de 140 000 personnes atteintes de maladies mentales en Algérie et près de 200 000 enfants souffrent de troubles phycologiques, ce ministère avait affirmé que la maladie psychiatrique n’est pas très bien pris en charge dans notre société malgré les 150 centres intermédiaires de santé mentale qui ont été mis en place à travers 46 wilayas. Les dernières statistiques révèlent un chiffre de 388 psychiatries réparties sur les 46 wilayas. 
En effet en l’absence d’une coopération intersectorielle de la santé et des activités sociales, les malades mentaux errants semblent tourner dans un cercle vicieux après avoir reçu les soins nécessaires pour sa stabilité mentale et une fois dehors le malade mental se trouve livré à lui-même en l’absence de toute prise en charge familiale et sociale. En fait s’il ne fait aucun doute quant à la sincérité de la compassion éprouvée à l’égard de ces malheureux , il y’a en revanche comme un sentiment d’impuissance face au comportement de ces rejetés de la société . « Il faut le dire franchement tient à déclarer une quinquagénaire, c’est notre sécurité dont il est question ; là où j’habite, il y’en a un qui à l’âge de mon fils et qui n’ouvre la bouge que pour lancer des obscénités. Il le fait à haute voix et en plus il lui arrive de se balader complètement nu ! », ajoute notre interlocutrice. 

En effet, un spectacle très peu réjouissant à la vue de ces malades mentaux et marginaux itinérants allongés sur des cartons à même le sol, peau et cheveux crasseux, ils soulèvent irritation, indignation et tristesse. En tout état de cause, les citoyens de la quatrième ville du pays se plaignent de ces pauvres créatures : « il n’y a pas un jour sans que ces tarés importunent nos filles. De l’agression verbale, ils passent très facilement à l’agression physique. Par ailleurs nos filles n’ont plus le droit de porter une chaînette ou des boucles d’oreilles en or sans risquer d’être agressées. Ces malades investissent même les établissements étatiques pour y semer la panique, renchérit un autre habitant du quartier Beau séjour. 
Dans le même contexte des usagers de la poste sise à l’avenue colonel Amirouche, rapportent avoir été sérieusement importunés alors qu’ils se trouvaient devant les guichets : «quelques uns d’entre ces fous n’ont pas hésité à malmener des filles. Ils ont brusquement fait irruption dans le hall en lançant des cris qui nous ont glacés d’effroi il y’avait des personnes âgées parmi nous qui ont tout de suite quitté ces lieux par crainte évidente être frappées » cela dit , il convient de signaler que la gent féminine est une cible de choix aux yeux de ces vagabonds. Saida, 32 ans n’est pas près d’oublier ce qu’elle à vécu, il y’a moins d’un mois alors qu’elle rentrait chez elle en fin d’après -midi, après s’étre rendue au chevet d’une tente malade. C’est une des nombreuses victimes de ces laissés pour compte qui a bien voulu nous faire part de sa mésaventure : « quand j’y pense, j’en tremble encore de peur. Je ne suis pas prête d’effacer de ma mémoire ce que j’ai vécu à quelques dizaines de mètres de chez moi, lorsqu’un cinglé m’a barré le chemin. 
Au départ il s’est juste contenté de me lancer un méchant regard, c’est là que j’aurai dû me méfier. Soudain, il s’est décidé à me laisser passer pour me donner un violent coup-de-poing dans le dos, j’ai eu très mal. Je me suis retournée et j’ai vu mon agresseur se saisir d’une grosse pierre. Celle-ci fut lancée en ma direction et faillit m’atteindre, j’ai alors pris mes jambes à mon cou, j’estime que j’ai été chanceuse ce jour là, car cela aurait pu être plus grave. Les aliénés doivent être admis dans des hôpitaux psychiatriques, il n’y a pas d’autre solution, ils constituent un réel danger pour eux et pour les autres», conclut-elle sur un ton amer. 
A ce thème, il convient d’indiquer qu’une sous direction de la promotion de la santé mentale au ministère de la Santé et de la Population travaille sur l’identification des vrais malades mentaux de ceux qui sont des SDF, des fugueux et des autres qui sont mentalement stables. En ce sens, le ministère de la Santé semble avoir mis en place une sous direction de la promotion de la santé mentale dont le rôle principal consiste à élaborer et évaluer les programmes de la santé mentale et d’organiser une prise en charge des affections psychiques. Tout en renforçant et en développant l’action communautaire dans ce domaine, précise-t-on.

Manque flagrant des psychologues
Nombreux sont les patients jeunes et âgés appartenant des deux sexes qui viennent attendre la psychiatre de service à l’hôpital El Razi dans le chef-lieu de la wilaya de Annaba. Or, ce CHU de psychiatrie fait état d’un déficit important en psychologues. Ses services sont réellement débordés et seulement un ou deux praticiens dans ce domaine possèdent leurs propres cabinets. En effet leur travail est bien précis, il n’est pas préventif mais thérapeutique, tout en détectant la maladie psychomotrice qui devient dans la majorité des cas une paranoie ou une schizophrénie. l’établissement hospitalier d’El Razi qui est en activité depuis avril 1982 reçoit des malades de six wilayas de l’Est : Guelma, Tebassa, El Taref, Souk Ahras et autres régions.
Les capacités d’accueil de cet hôpital régional selon toute vraisemblance ne peuvent répondre à la demande réelle du terrain et pour cause le nombre de cas nécessitant une admission est de plus en plus important. En fait plus de 7 082 cas ont été traités pour l’année 2009 alors que le nombre des consultations externes a été environ de 3 185 malades seulement qui sont nous révèle-t-on passés par ce même centre pour une durée de soins de dépassant pas les 72 jours, soit un taux de 70,7% pour les hommes et 29,3% pour les femmes de 30 à 55 ans. Notre informateur ajoute également que pour cette année prés de 300 personnes ont été admises à hôpital qui faut-il le préciser dispose d’une capacité accueil globale de 240 lits.
Son unité de psychiatrie pour enfants et adolescents est de 80 lits, l’effectif global de cette structure médicale s’élève à 287 employés dont deux médecins chef. La période de 2010 a connu une activité estimée à 28 015 consultations dont 5 135 au niveau des urgences et 6 480 en neuroleptiques à action prolongée. Il a été admis 1 577 malades. A ce sujet, il y’a lieu de souligner que hôpital d’El Razi souffre d’un manque de personnel dans l’ensemble de ses structures aussi les patients qui quittent l’hôpital et qui suivent un traitement doivent se prendre en charge et ceux qui sont démunis rechutent dans leur maladie. 

Premières victimes
Mais les malades mentaux ne constituent pas un danger seulement pour la société, c’est également leur propre personne qu’ils mettent en péril à travers leur comportement. Ne comptent-ils pas parmi les premières victimes des accidents de la route qui viennent grossir le lot des corps non identifiés dans les morgues ? Beaucoup effectivement sont retrouvés sans aucune pièce ni document pouvant attester de leur identité ou de leur origine, ce qui rend encore plus compliquée la tâche de la restitution des dépouilles à leurs proches. Voilà donc une situation qui est loin de cadrer avec le statut de la quatrième ville du pays.
Aussi est-il temps aujourd’hui plus que jamais de penser à la mise sur pied de structures spécialisées à même d’offrir le refuge et les soins appropriés. Or, concernant les cas dépressifs plus de deux mille patients pouvaient être estimés guéris au cours de l’ancien exercice. A noter en fin que des informations font état de plus de quatre-cent millions de personnes par le monde sont atteintes de troubles mentaux ou de problèmes psychosociaux, ajoute-t-on.

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 21:30

L’Iran va construire des avions de la cinquième génération

Le général Ahmed Reza Pourdastan de l’armée iranienne dans une déclaration hier à l’agence farsnews a déclaré que « nous devrions toujours transformer les menaces en opportunités et nous préparer à lutter contre l'arrogance mondiale … Et l'ennemi sera ciblé sur n'importe quel territoire » il a révélé que tous les mouvements des navires dans les eaux du golfe Persique, de la mer Noire et de la Méditerranée sont surveillés.

Or, « Des nouveaux missiles et des armes ont été testés en ce début de mois d’août 2017 avec succès sur les avions de combat F-7 », a déclaré le commandant de la base aérienne de Shahid Babayee, Massoud Rouzkhosh. Le général Rouzkhosh a souligné que les avions de combat F-14 et F-4 de l'Iran sont capables d'être utilisés dans les batailles navales indiquant que le ministère de la Défense a l'intention de construire la cinquième génération d'avions. 
Au cours des dernières années, l'Iran a réalisé de grandes réalisations dans le secteur de la défense et a acquis l'autosuffisance dans les systèmes matériels et de défense militaires essentiels. D’après certaines informations fiables, L'avion de chasse supersonique à double cockpit iranien qui a été conçu et construit par l'industrie aérospatiale du ministère de la Défense en coopération avec la Force aérienne de la République islamique d'Iran, peut être utilisé pour des missions de combat, ou une couverture étroite ou des sauvegardes dans des missions tactiques. 
Cet avion avait également été équipé d'appareils électro-avioniques et d'armes avancés pour former des pilotes pour voler avec les combattants lourds existants ou nouveaux. Dans ce contexte il est à noter qu’en septembre 2010, l'Iran a affiché le premier escadron de ses combattants Saeqeh dans un spectacle aérien organisé lors des défilés militaires marquant les sacrifices des Iraniens pendant les 8 années de guerre imposée par l'Irak contre l'Iran dans les années 1980.

 

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 00:38

Les Algériens sauvent son tourisme

 

Des centaines de touristes algériens ont été attirés par le sol tunisien où cette clientèle estivale bien rentable pour la Tunisie surtout en période de vacances. Selon certaines agences de voyages c’est près de 5 000 sorties par jour comptabilisées par les postes frontaliers algériens de Ayoun ou Oum Teboul, nous indique-t-on dont la majorité de ces ressortissants sont des immigrés d’origine algérienne qui ont choisi de dépenser leurs devises sur ce sol.

Les services touristiques de ce pays estiment que les clients algériens constituent vraisemblablement presque le tiers des flux de touristes qui préfèrent ces plages. La Fédération tunisienne de l’hôtellerie a avancé le chiffre de 2,5 millions d’entrées touristiques pendant le début de 2017 en croissance de 29 % par rapport à 2016. Le nombre de touristes en partance vers la Tunisie a atteint 766 383 entrées dont 202 350 touristes français suivis 60 038 allemands et 36 596 italiens.
Ce pays a comme même accueilli durant la période du 1er janvier au 30 juin 2017 un nombre de 8 885 touristes chinois. Le poste frontalier terrestre d’Oum Teboul a enregistré en moyenne 6300 personnes ayant passé leurs vacances de printemps selon des données fournies par les services de la PAF alors que celui d’El Ayoun un nombre dépassant les 1 500 touristes.
La plupart de ces gens sont venus des quatre coins du pays à bord des bus des agences de voyages qui notamment proposent des séjours dans des hôtels 4 et 5 étoiles à Neuble, Hammamet, Sousse et Tabarka. Plusieurs autres font le déplacement avec des clandestins qui font le trajet vers la Tunisie à partir des villes de Annaba, Constantine et Sétif.

Pendant la période estivale 2016, le service régional de la police des frontières a enregistré un chiffre de 1,4 million de personnes qui sont passées par les frontières terrestres de l’est algérien, soit 136 000 Tunisiens sont entrés en Algérie durant le mois de ramadhan 2016 et 398 481 véhicules algériens et 125 851 voitures immatriculées à l’étranger ont transité par huit postes frontaliers qui sont Lahdada, Ouled Moumène, Bouchebka, Ras laayoune, Lamridj, Laayoune, Oum Teboul, indique-t-on. A cet effet il convient de savoir que la Tunisie compte 800 hôtels qui totalisent 232 mille lits. D’après L’Office national tunisien du tourisme ONTT une croissance constatée de 3% par rapport à 2006 pour note-on les voyageurs algériens qui ont affiché un nombre de 981 000 touristes en 2007.
Or ; l’artisanat dans ce pays constitue l’un des secteurs les dynamiques de l’économie tunisienne, c’est aussi l’une des activités anciennes la mieux répartie à travers le pays. A titre d’exemple la céramique ; le cuir, le cuivre, le tapis tissage artisanal de pure laine, le bois comme la fabrication des instruments de musique traditionnelle fabriqués à Ain Drahem et Kélibia et la bijouterie. A ce thème il faut souligner que l’ONTT qui est un établissement à caractère industriel et commercial principal outil exécutif de la politique ministérielle, cette structure a pour mission de mettre en œuvre la stratégie de l’Etat en matière de touristique.
Elle dispose de 12 directions, 8 commissariats régionaux et 19 représentations implantées dans les principaux marchés émetteurs de touristes. Dans ce contexte il est à noter que les pouvoirs publics de ce pays ont projeté d’améliorer les conditions de voyages en facilitant l’accès aux postes de frontières. Parallèlement il faut relever que aussi qu’il faut reconnaître le littoral d’El Kala de la wilaya d’El Taref situé juste à 90 km de la ville de Annaba offre pour sa part une côte purement vierge avec des plages au sable fin et aux eaux limpides, un paysage vraiment féerique unique en Algérie. El Kala ou la Calle, cette ville qui offre à la fois une ambiance extrême et un calme absolu est malheureusement ignorée, ce joli coin du pays reste un paradis perdu où ce parc national s’étend du cap Rosa au cap Roux sur une distance de 40 km de même que les lacs Oubeire et Tonga qui sont des eaux douces classées notamment zones humides d’importance internationale par l’Unesco. Cette wilaya compte 24 plages dont 13 sont interdites à la baignade. Par ailleurs il convient de citer que le secteur du tourisme en Algérie a fortement besoin de réaménager les plages en réalisant des accès aux sites balnéaires, nous dit-on. 

Le tourisme tunisien en perte de vitesse En 55 ans d’indépendance, la Tunisie n’a jamais vécu des événements aussi dramatiques que ces derniers jours, elle a réussi à produire sa révolution populaire pour seulement libérer le système de la dictature ravageuse et recouvrer sa liberté d’expression et sa dignité. Oui cette grande révolution a libéré son tourisme d’une image négative et ce pays voisin qui notamment possède une nouvelle vision qui a surpris le monde détient toujours sa place touristique privilégiée pour surtout les Algériens et les Français.
Dans cette optique il faut savoir que le tourisme a enregistré en janvier 2011 une perte de près de 350 000 entrées, 800 000 nuitées soit note-on 175 millions de recettes en devises. Le secteur en question qui emploie près de 400 000 personnes soit indique-t-on 20% de la population active et 12% des recettes en devises. Dans la région de Tabarka qui est située à l’extrême ouest du littoral, cette petite ville accueillante avec sa coquette marina et sa belle plage renferme une dense forêt qui reste un paradis pour la chasse au sanglier et surtout pour les golfeurs.
Le golf de Tabarka est l’un des premiers sur le bassin méditerranéen créé entre mer et forêts en 1992 par un architecte américain du nom de Ronald Fream, il s’étend sur 110 hectares pour une vingtaine de points de jeux situés dans un espace gazonné et en bordure de lac. Son directeur Mander nous a expliqué que c’est des Français, Italiens, Allemands et Algériens qui viennent pour pratiquer ce sport de richards soit un abonnement annuel coûte 200 DT, l’équivalent de 600 euros. En effet aujourd’hui cette région d’ancienne tradition nomade est formée de villages dont le mode demeure traditionnel et où l’ancien héritage berbère est encore présent.

Aide budgétaire à la Tunisie
Des informations officielles font état d’un important appui budgétaire accordé par la Banque africaine de développement au profit de la Tunisie dans le but de soutenir le gouvernement provisoire tunisien pour restaurer la stabilité socioéconomique. Cette aide de soutien annoncé dans un média s’inscrit notamment dans le cadre d’aide de 1,4 milliard de dollars financée par la Banque mondiale soit 500 millions de dollars.
L’Union européenne 90 millions d’euros pour la création et le maintien des emplois en Tunisie, souligne-t-on l’un des objectif premiers de ces opérations d’aides financières est de pouvoir offrir pour l’Etat tunisien des facilités à réduire le chômage des jeunes que ce soit des diplômés ou non ainsi que diminuer les inégalités entre la populations côtière plus riche et les régions de l’intérieur plus pauvres.

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 22:50

Des résultats sur le terrain pour lutter contre la pauvreté

Le marché de l’emploi en Algérie a ces derniers mois connu une parfaite amélioration et un certain développement dans divers domaine du travail avec une nette croissance dans la création d’emploi par rapport aux dernières années écoulées. Or, après que ce dossier sensible fut passé à la loupe par le président de la République Abdelaziz Bouteflika, des engagements et des instructions ont été exécutés par certains ministères de l’Etat dans le but d’ouvrir toutes les portes portant sur ce créneau qui était totalement oublié par les anciens successeurs d’El Mouradia.

Les révélations qui ont été faites par Tayeb Louh l’ex-ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale faisaient état d’une augmentation de l’ordre de 70 % depuis l’année 2010 à 2012.

Un nombre de 299 127 travailleurs dans divers secteurs à Annaba Le taux du recrutement a connu une évaluation durant les premiers semestres de 2016 à Annaba de 19,3% pour l’emploi classique et de 23% pour le dispositif contrat de travail aidé CTA estimé à plus de 5317 offres, soit un nombre de 576 recrues possédant un niveau universitaire et 596 autres diplômés des instituts de formation professionnelles qui ont été comptabilisés à Anem d’Annaba. Le responsable de l’agence de wilaya de l’emploi Hazem Djamel avance le chiffre de 6596 demandes de travail ont été satisfaites durant les six derniers mois de 2017. Soit un nombre de 5279 demandeurs ont obtenu un contrat de travail classique avec une hausse de 12% par rapport au premier semestre 2016.
Les derniers renseignements divulgués par la wilaya d’Annaba, il existe un nombre de 299127 de travailleurs avec un taux de 46,9 % et 29 750 de chômeurs comptabilisés en 2014. Le nombre des bénéficiaires dans le cadre du DAIP a été de 4390 pendant la même période. Alors que le nombre des projets réalisés et financés depuis 2010 jusqu’au 2014 au niveau de Annaba sont estimés à 6836 dossiers. Le secteur du transport domine avec 1831 projets en activité. Sur le plan des contrats obtenus entre CFI, CIP, CID ; le montant dégagé est de l’ordre de 531 552 000 DA. De ce fait l’agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes Ansej et la Caisse nationale d’assurance chômage Cnac ont comptabilisé 128 357 emplois directs en 2011 contre 75 936 emplois en 2010, soit 61 111 micro entreprises furent créées à l’échelle nationale en 2011.

L’Ansej qui avait été créée en 1996 débuta ses activités plusieurs mois après et celle de Annaba qui trop prise par des milliers de jeunes chômeurs de la wilaya a octroyé 8004901047 DA comme fonds d’investissements pour la création de 3047 micro entreprises jusqu’au mois de mai 2011, a-t-on appris auprès de cet organisme. Soit 580 dossiers de demandeurs ont été enregistrés en 2010 pour s’accroître rapidement vers un nombre de 6 000 dossiers pour une période allant de janvier à mai 2011. Or, l’agence en question a financé plusieurs types de projets à savoir, la production, l’agriculture, la pèche, la prestation de service et autres. Il faut savoir que le promoteur doit être chômeur ayant aussi une certaine qualification dans le domaine l’activité qu’il souhaite exercer afin de ne pas gaspiller l’argent prêté de l’Etat. 
Des mécanismes mis par le gouvernement pour aider à l’emploi une population inactive avec un dispositif qui consiste à appuyer et à soutenir la création d’activités par les chômeurs, des gens qui ont perdu leur emploi. Il est financé en partie par un concours bancaire à taux bonifié et la bonification du taux d’intérêt est prise en charge par l’Etat . En plus des dispositifs Anem et Cnac, l’État a initié un autre programme dénommé dispositif sur l’insertion professionnelle des jeunes (DAIP), lancé en 2008. Ce nouveau dispositif s’inscrit dans le cadre de la relance économique du pays, qui s’inscrit notamment dans la contribution de l’État pour les salaires allant jusqu’à 12 000 DA touchant la catégorie des diplômés.

Réduire avec tous les moyens le chômage Tayeb Louh l’ex-ministre du Travail a souligné que dans le cadre du plan de développement 2010-2014, il est prévu la création de 3 millions d’emplois, 40 000 micro entreprises a travers les dispositifs (Ansej, Cnac), et la mise à niveau et la modernisation de quelque 20 000 petites et moyennes entreprises(PME). l’État consacre 286 milliards de dollars pour la création de 3 millions d’emplois et 380 milliards de dinars (4 milliards d’euros environ) pour la mise à niveau et la modernisation de quelque 20.000 petites et moyennes entreprises. Soit 500 000 emplois ont été créés en 2010. Jusqu’au 30 septembre 2011, le marché de l’emploi dans la wilaya d’Annaba a généré 74 072 postes dont 15 299 postes permanents et 58 773 postes temporaires. 
Ces emplois ont été répartis dans plusieurs secteurs d’activités, soit souligne-t-on 8376 postes dans l’administration, 7078 dans l’agriculture et la pèche, 1851 dans le secteur de l’industrie, 10 594 dans les services et artisanat, 2583 dans le transport et autres postes. Dans le cadre du dispositif d’aide à l’insertion la DAS a enregistré 18 559 postes en 2011 parmi ce nombre il y’en a eu 7998 universitaires et 8636 cas de formation professionnelle pour une masse de salaire évaluée à 23 milliards de centimes. Indiquent ces services. Dans ce volet l’on souligne que l’Ansej de Annaba est arrivé à dénombrer 7139 dossiers déposés dont 3 938 ont été validés 472 financés. De son coté la direction de la Cnac a enregistré 4765 dossiers dont 1905 validés et 728 financés pour note-on 1443 postes d’emploi crées. 
L’Angem a traité 2053 dossiers de demandeurs de travail dont 1924 cas ont été validés. A ce thème il faut savoir que le plafond fixé par l’Etat des création d’emploi par la biais de l’Ansej et la Cnac est de 50 000 micro entreprises par an. Selon certains spécialistes il a été constaté un grand déficit dans la main d’œuvre en bâtiment et les travaux publics, informe-t-on Certainement beaucoup de gens disent que le marché de l’emploi a été très fructueux ces deux dernières années Les services de l’APC de Annaba ont rendu permanent plusieurs vacataires, celle-ci emploie plus de 2777 travailleurs permanents pour une masse salariale annuelle de plus de 457 millions de DA dont 152 millions de DA pour les ouvriers de la voirie. le nombre du personnel vacataire s’élève à plus de 1000 agents qui nécessite plus de 85 millions de DA de salaires.

Travail en noir se généralise à Annaba 
Devant les grandes perspectives du marché du travail, celui en noir aussi prend une sérieuse forme dans plusieurs secteurs surtout ceux du commerces. Or, Beaucoup pointent un doigt accusateur sur les entreprises privées qui exploitent sans vergogne les jeunes énergies en ne les déclarant même pas à la Sécurité sociale. Ce qui est d’autant plus vrai que les instances chargées de la protection des droits des travailleurs (comme l’Inspection du travail) restent étrangement absentes dans un environnement où le travail au noir règne en maître devenant de nos jours un phénomène des plus normaux. 
Les secteurs les plus touchés transport, de l’agriculture, bâtiment et aussi du commerce. Poussés par la misère, tant de malheureux axent tous leurs efforts sur la recherche d’un travail rémunérateur pour subvenir à leurs besoins personnels et surtout venir en aide à leurs familles. Et par complicité ou par ignorance, les employeurs utilisent souvent cette main d’œuvre qu’ils exploitent sérieusement surtout des mineurs qui ignorent dans la majorité des cas les termes du code du travail mais avec l’absence de tout contrôle, un fait qui constitue tristement un encouragement d’une situation trop anarchique, révèle-t-on.

 

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 22:47

Lancement d’une fusée porteuse et poursuite de son programme défensif

 

Téhéran envisage de poursuivre la mise au point de son programme de missiles et condamne les éventuelles sanctions de Washington à son encontre, a déclaré samedi le porte-parole de la diplomatie iranienne Bahram Qassemi. Malgré le mécontentement de l’Occident face au lancement par Téhéran d’une fusée porteuse, l’Iran est résolu à poursuivre son programme de missiles, qui ne représente aucune menace pour le monde.

L’Iran qui vient de lancer jeudi 27 juillet 2017 une fusée porteuse Simorgh de fabrication nationale a provoqué des réactions de la part des États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne qui ont condamné ces actes, sous prétexte d’une violation de la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU. Selon M.Qassemi, Téhéran estime que le programme n'est pas dirigé contre d'autres pays et ne saura donc susciter de préoccupations. Il serait nécessaire pour une mise en garde contre une éventuelle agression contre l’Iran. 
De son coté la porte-parole du département d'État américain Hether Nauert a déclaré que Washington considère que le tir d'un lanceur, procédé par la République islamique d'Iran, est une provocation et un geste contraire à la résolution émise par le Conseil de sécurité de l'ONU. «Nous qualifions ceci comme une violation de la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, aussi comme une action provocatrice qui torpille la sécurité et la prospérité dans la région et dans le monde entier», a-t-elle annoncé. L’Iran a testé avec succès son nouveau lanceur Simorgh destiné à l'envoi de satellites dans l'espace. Selon la télévision iranienne, le Simorgh est en mesure de placer un satellite pesant jusqu'à 250 kg sur une orbite à 500 km. 

Le test a été effectué depuis le centre spatial Imam Khomeini et a marqué la mise en service de ce dernier. Ainsi, le tir de ce lanceur inaugure la mise en service de ce cosmodrome iranien portant le nom du leader de la révolution islamique de 1979. 
La télévision précise en outre que le Simorgh est en mesure de placer un satellite pesant jusqu'à 250 kg sur une orbite à 500 km. Par ailleurs la chaîne de télévision CNN avait fait savoir que Téhéran envisageait d'envoyer dans l'espace un satellite. 
Dans ce contexte il est à souligner que Téhéran a prévu de concevoir un nouveau type de missile, le Sayyad 3, capable d'atteindre l'altitude de 27 kilomètres et de parcourir une distance de 120 kilomètres, a annoncé samedi le ministre iranien de la Défense Hossein Dehghan. Ce missile pourra servir à la défense anti-aérienne contre des avions, des drones, des missiles de croisière et des hélicoptères, a précisé le ministre de la Défense. L'annonce de la fabrication d'un nouveau missile survient dans le contexte de tensions entre le pays et les États-Unis, qui ont imposé les nouvelles sanctions économiques à Téhéran en raison de son programme de missiles balistiques.

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 23:34

L’Algérie possède un potentiel touristique fortement inexploité

L’Algérie doit absolument s’ouvrir au grand tourisme compte tenu des potentiels immenses qu’elle possède ainsi que de ses vastes sites encore vierges, ses infrastructures touristiques demeurent toujours insuffisantes dans l’état actuel, avec un nombre de 945 agences de voyages en activité et 170 succursales d’agences en Algérie, un potentiel touristique inexploité se trouve dans plusieurs régions du pays et particulièrement à l’est algérien.

Réputée par sa vocation agropastorale et par ses attributs géophysiques 188 000 ha / SAU qui notamment favorisent les cultures vivrières, céréalières, la wilaya de Guelma commence à s’organiser dans une réhabilitation de son patrimoine dans les importants secteurs à savoir l’artisanat, l’archéologie et le tourisme. Cette ville possède un trésor thermominéral impressionnant soit une vingtaine de sources d’eau chaude aux diverses propriétés thérapeutiques où il existe des infrastructures thermales et touristiques d’une capacité de 920 lits dans des sites comme de Hammam Debagh et celui de Hammam Ouled Ali.
Or, ce secteur demeure d’ores et déjà peu abordable pour les investisseurs en dépit de l’existence de nombreuses zones d’extension touristique ZET à côté de ses sources naturelles. Des massifs encore vierges ; à titre indicatif les monts de Mahouna, de Béni Saleh et de Debagh qui sont dépourvus de loisirs et de touristes à longueur de l’année, souligne-t-on. Avec un climat qui reste dans la majorité des cas humides et pluvieux en hiver et un peu chaud en été. Le paysage de cette belle ville demeure attirant comportant ainsi des sites archéologiques rares comme le théâtre romain de la région qui notamment fut construit à l’époque de la dynastie des sévères 193-235.

Il faut citer aussi la restauration des fouilles de la région Thibilis qui sont en cours actuellement de même que les bains romains de Hammam Debagh étant alimentés par des grands eaux thermales. Certes toutes ces richesses naturelles attendent réellement un développement sérieux dans le secteur du tourisme qui pourra offrir à notre pays une destination favorite comme le Maroc et la Tunisie. Les potentialités thermominérales de la cette wilaya permettent à ce créneau très ignoré d’exploiter cette richesse et l’exemple du complexe thermal de Hammam Debagh possédant une assiette de 24 ha pour une capacité de 700 lits fait face à un afflux touristique régional estimé à 20 000 visiteurs chaque été et 7 sources seulement sont effectivement exploitées.
Il s’agit de celles de Ain Chedakha, Ain Ben Nadji et Ain Echffa, situées dans la région de Hammam Debagh, en plus de quatre autres sources dans la zone d’Héliopolis, apprend-on. Plus de 150 000 curistes, venant de toutes les régions du pays et parfois de l’étranger, fréquentent hebdomadairement les complexes thermaux de Hammam Debagh (25 km à l’ouest de Guelma) et d’Ouled Ali (20 km au nord de Guelma). Près de 40 % de la superficie de la wilaya de Guelma sont constitués de zones montagneuses, densément boisées, dont les massifs de la Maouna, de Haouara, de Taya et de Debagh.

Les plaines et les piémonts y forment d’immenses étendues de prairies verdoyantes traversées par plusieurs cours d’eau dont le plus important est l’Oued Seybouse, véritable source de vie et de luxuriance pour ces contrées. Guelma détient des atouts qui pourraient en faire l’un des plus importants pôles touristiques du pays. Des atouts qui ne demandent qu’à être valorisés. Dans cette option il est à noter qu’un nombre de 1125 établissements hôteliers au niveau national qui activent dans le tourisme et 900 hôtels parmi eux sont non classés à ce jour et presque à chaque été 700 000 touristes algériens passent leurs vacances à l’étranger à cause de la cherté incroyable des hôtels algériens qui affichent des prix au dessus de la bourse moyenne. 

L’Algérie une destination favorite après le Maroc, la Tunisie et l’Afrique du Sud
L’Algérie reste une destination appréciable après le Maroc, la Tunisie et l’Afrique du Sud et devant cette position il existe d’importants obstacles à la croissance de l’industrie du tourisme qui persistent comme le manque d’infrastructures de qualité et la modernisation des vieux établissements hôteliers dans notre pays. En décembre 2010, l’ex ministre du Tourisme, Mimoun, avait annoncé la construction de 20 villages de vacances de type bungalow, dont six dans le Sahara et quatorze dans les régions du nord du pays, ce grand projet est en stade primaire jamais achevé. 
Quelques réalisations d’hôtels de moyen gamme avaient été lancées ces deux dernières années ceux de hautes gamme sont encore dans des bureaux d’études pour de nouveaux programmes de développement. A ce titre il est à relever que le marché de voyages avait réalisé ces derniers mois des résultats satisfaisants, c’est un chiffre d’affaires de 230 millions de dollars qui avait été atteint.

 

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
15 juillet 2017 6 15 /07 /juillet /2017 23:09

Un transport misérable avec des taxieurs à côté de la profession

Chaque citoyen questionné sur le sujet du transport public affiche un réel mécontentement tout en accusant les responsables du secteur ainsi que les pouvoirs publics d’incompétence confirmée. Or, selon des constatations sérieuses faites, le secteur des Transports publics a vraisemblablement besoin d’un réel assainissement sur le plan professionnel et moral surtout.

A Annaba pas mal d’irrégularités sont constatées sur le terrain, soit des attentes déprimantes, bousculades, surcharge, manque de respect et parfois agressions au niveau des stations de Kouche Noureddine ou celle de Larmaka el hattab où des usagers subissent le diktat des transporteurs de bus, les attentes épouvantables, les décibels des postes cassettes sans oublier l’insécurité et la vétusté du matériel. Pour ce qui concerne le transport suburbain avec un nombre de 260 bus à travers 24 quais, à cet endroit de la ville, la pollution atmosphérique est insoutenable en égard d’une part à la vétusté des véhicules et aussi à la nature du carburant utilisé.
Certainement cette station de Kouche est l’un des lieux les plus encombrés de la ville, celle-ci avait été ouverte aux transporteurs privés au milieu des années 1990 pour justement juguler le plus croissant de la circulation routière à l’intérieur du tissu urbain assurant la desserte quotidienne entre Annaba et sa périphérie. C’est remarque-t-on la course au profit facile, la non délivrance de tickets, le non-respect des prescriptions de contrôle technique de véhicules ou encore le non-respect des conditions d’hygiène sont des contraventions régulièrement commises par les transporteurs.

Des taxieurs hors-la-loi
Dans ce point, des usagers révèlent en outre que de leur côté les chauffeurs de taxis-services ne se plient à aucune règle ni loi en vigueur en appliquant leur propre règlement notamment en matière de tarifs. La course pour un court trajet qui est fixée à 120 DA, les taxieurs exigent un prix de 150 DA aux clients alors que pour des trajets longs ne dépassant pas les 12 km à partir du centre ville, ils demandent 500 DA sinon 450 DA au lieu de 400 DA le prix réel. Ils travaillent comme ils veulent puisque ils savent qu’il n’existe aucun contrôle dans le secteur des Transports.
D’autres taxieurs préfèrent travailler à la commande par téléphone. Certains indélicats taxieurs choisissent les trajets en évitant des allers sur des pontes ou des chaussées mal tracées et s’ils partent ces derniers exigent aux clients des prix élevés non réglementaire, dénonce-t-on. D’autres catégories en plein service portent une tenue insolente, diffuser une musique vulgaire et enfin fumer à l’intérieur du véhicule sans l’assentiment des usagers. Des pratiques réellement interdites par une certaine loi non respectée. Un contrôle vigoureux devrait être fait au niveau de ce secteur loin de devenir performant et efficace à Annaba, ajoutent nos informateurs.

Des vrais faux taxieurs en service à Annaba
Généralement lorsqu’on parle de fraudeurs dans le transport urbain l’on pense surtout aux vieilles voitures conduites par des retraités ou de simples fonctionnaires qui notamment essayent par n’importe quel moyen de trouver un revenu supplémentaire clandestinement. En effet, aujourd’hui devant chaque station de bus dans la majorité des quartiers du chef-lieu de la wilaya d’Annaba, on trouve des clandestins à bord de leurs véhicules neufs stationnés en train d’attendre des clients. Dès fois il y’a ceux qui sont audacieux, ils abordent sans gène les passagers qui attendent des taxis pour se déplacer.
L’autre catégorie de vrais fraudeurs sont des faux taxieurs qu’on ne peut pas soupçonner à première vue parce que ces pseudos taxis sont déguisés en vrais taxis avec leurs voitures peintes en jaune portant un numéro de licence d’exploitation apparent sur le portail, informe-t-on. A ce sujet certains chauffeurs de taxis interrogés nous ont affirmé qu’ils sont soit des doubleurs non déclarés, soit des audacieux clandestins qui font usage de fraude en changeant souvent leurs véhicules pour qu’ils ne se fassent pas attraper.
Cette catégorie de clandestins cible dans la plus part du temps les hôpitaux et les cliniques de la ville pour pouvoir ramasser une forte clientèle. Des nombreux citoyens se plaignent des tarifs exigés par ces fraudeurs en fin de course. A cet effet il est tout à fait nécessaire que les autorités locales compte tenu du manque de contrôle assidu au sein de la profession et le manque de sévérité à l’égard des fraudeurs prennent des mesures plus dissuasives pour mettre un terme à ce grand laisser faire, ajoute-t-on. Or, très souvent, des fraudeurs et des taxieurs se retrouvent impliqués dans des affaires nocturnes délictueuses notamment dans des agressions, crimes et vols.

Six ans pour un chauffeur de taxi impliqué dans un vol et une agression
impliqué dans une affaire de vol nocturne avec violence, T. Aïssa, 26 ans, originaire de Annaba et taxieur de son état, a été condamné lors de la dernière session criminelle de Annaba à six ans de prison ferme. L’arrêt de renvoi de la chambre d’accusation indique que les faits constituant cette affaire remontent à la nuit du 6 juin 2012 aux environs de 3h00 lorsque l’auteur présumé se trouvait à bord de sa voiture de marque Peugeot 505 à quelques mètres du complexe touristique Rym El Djamil, le lieu du drame et où était stationnée une fourgonnette appartenant aux victimes B. Boualem et M. Ali.
Exténués selon leurs propos par leur voyage, les deux malheureux dormaient à l’intérieur de la camionnette quand soudain deux malfrats armés de couteaux les avaient surpris. L’un avait fracturé la portière avec son cran d’arrêt avant d’asséner un violent coup sur le visage de B. Boualem qui avait essayé avec courage de se défendre contre son agresseur alors que l’autre complice avait réussi à lui porter un coup de couteau au dos et prendre rapidement un sachet plein de billets de banque qui était caché sous le siège. Le taxieur qui les attendait avait mis le moteur en marche et ouvert les portières du véhicule aux malfaiteurs pour les aider à s’enfuir.

Malheureusement pour lui, un témoin ayant assisté à la scène a relevé le numéro d’immatriculation de la voiture et avisé les éléments de la Gendarmerie nationale qui l’ont appréhendé. Celui-ci niera durant l’interrogatoire sa participation dans l’affaire et refusa de fournir le moindre indice pouvant arrêter les agresseurs. Lors du procès, l’accusé donna des déclarations mensongères pour se disculper. L’avocat de la partie civile a insisté sur la gravité de l’acte et exigea des circonstances exténuantes.
Dans sa plaidoirie, la défense a plaidé non coupable. De son côté, le procureur de la République a axé son réquisitoire sur la thèse de la complicité. Pourquoi n’est-il pas allé avertir les services de sécurité au moment des faits ? Il a requis 12 années d’emprisonnement. Au terme des délibérations, le jury a retenu les charges qui pèsent sur le détenu et prononça la peine de six ans de réclusion criminelle assortie d’une amende et la mise en fourrière du véhicule

 

 

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 23:34

L’aviation russe a supprimé le leader de Daech

Des combattants de Daech ont confirmé la mort de leur chef Abu Bakr al-Baghdadi à travers la chaîne de télévision Al Sumaria citant une source dans la province irakienne de Nineveh.

Les terroristes ont dévoilé le nom de son successeur après que Le ministère russe de la Défense a annoncé le 22 juin que le chef de Daech, Abou Bakr Al-Baghdadi ainsi que 300 autres terroristes avaient été tués le 28 mai 2017 dans une frappe de l'armée de l'air russe près de Raqqa. 
À son tour, la chaîne de télévision iranienne IRIB a publié le 29 juin, deux photos du corps d'un homme ressemblant à Abou Bakr al-Baghdadi prouvant qu'il avait effectivement été tué par les russes. Indique l’agence de renseignements russe. 
Le plus populaire djihadiste Abou Bakr Al-Baghdadi, de son vrai nom Ibrahim Awad Ibrahim Ali Al-Badri, est apparu publiquement pour la première fois à Mossoul le 3 juillet 2014. Il avait proclamé la création d'un califat islamique au Proche-Orient et appelé les musulmans à lui obéir depuis une mosquée de Mossoul occupée par Daech. 

Les médias ont plusieurs fois annoncé sa mort auparavant alors qu’il était encore en vie. Face à cette situation, Les combattant de Daech ont exécuté un imam qui avait évoqué lors d'une prière la mort présumée du numéro un du groupe terroriste Abou Bakr Al-Baghdadi, a révélé la chaîne Al Sumaria. D’après ce media, l'imam Abu Katib qui faisait partie de l'entourage d'Al-Baghdadi a été tué par un groupe lié à Daech installé dans la ville de Tall Afar, à 70 km environ à l'ouest de Mossoul, qui a accusé le chef religieux de mener une cabale parmi les djihadistes. En outre la photo publiée par le ministère russe de la Défense a publié la photo du bombardement des forces aériennes russes à Raqqa qui ont éliminé 300 djihadistes, dont plusieurs chefs de Daech notamment Abou Bakr Al-Baghadi, leader du groupe terroriste. 
Dans la nuit du 27 au 28 mai, l'aviation russe a bombardé un poste de commandement où étaient réunis des chefs haut placés de Daech qui discutaient des itinéraires de sortie des djihadistes par le couloir sud de Raqqa. La frappe a eu lieu dans la banlieue sud de la ville syrienne de Raqqa. Des chasseurs Su-35 et Su-34 ont notamment pris part à l'opération antiterroriste, a informé le ministére russe de la défense.

 

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 19:39

Les estivants débarquent sur la Corniche

 

La coquette ville de l’est d’Annaba a connu depuis la fin du mois de juin 2017 et à quelques jours seulement après le mois de Ramadhan une stupéfiante ambiance nocturne sur la Corniche ou dans les plages comme aussi en ville. Annaba demeure avec son joli spectacle une ville trop appréciée pour déguster des glaces et des boissons fraîches.

Certains clients trouvent que les tarifs pratiqués sont paradoxalement assez élevés chez les commerces de la corniche. Soulignons par ailleurs que quotidiennement des familles entières et de jeunes durant l’été. Or, le cours de la Révolution, les abords de la corniche notamment les plages saint Cloud, Rizzi Amor et Ain Achir sont bondées de monde entre visiteurs et familles annabis à la recherche de fraîcheur nocturne. Ici, les citoyens continuent d’envahir chaque soir les diverses terrasses des cafétérias afin heureux mariés errent tout le long de la corniche jusqu’à des heures tardives de la nuit.
D’autre part un nombre assez important de véhicules de diverses immatriculations ne trouve plus de place pour se garer afin que les occupants puissent descendre au bord des rives. Il faut citer aussi que les éléments de la sécurité ne se font pas rares et assurent une totale quiétude aux familles. Ce vaste littoral accueille chaque année des milliers d’estivants et dès leur venue, les promeneurs entament leur virée en prenant d’assaut la côte bônoise avec des voitures qui ne cessent de parcourir la chemin d’Ain Achir, Ras El Hammra pour descendre vers saint Cloud et tout le long du front de mer. D’autres familles préfèrent le cours de la Révolution pour s’emparer des terrasses et prendre des glaces avec leurs enfants.

Un été à Annaba pas comme les autres
Durant cette période chaude de l’été et avec une chaleur caniculaire et insupportable qui donc ne veut pas aller à la mer ? Tous les estivants venant des quatre coins du pays ont tellement attendu avec impatience l’arrivée des congés annuels pour pouvoir se payer des journées de détente, de loisirs et profiter au maximum du soleil brûlant sur les somptueuses plages d’Annaba. Effectivement en cette saison estivale la température du mois juillet de 40 à 43°C et le littoral du chef-lieu de wilaya connaît actuellement un grand mouvement de voyageurs. Nous avons pu voir plusieurs personnes immigrées et des centaines de familles envahir rapidement la côte bônoise. Ils sont venus de partout, de Constantine, Guelma, Souk Ahras, Tébessa, Sétif, Mila Batna, Alger, Oran, Biskra et Skikda.
A sept heures du matin déjà les parkings des plages de Chapuit, Toche, Belvédère et Ain Achir n’offrent plus de place aux véhicules de diverses immatriculations stationnés dans ces endroits. Or, les tarifs varient entre 80 et 150 DA par auto, une activité très rentable pour les jeunes qui se sont proclamés gardiens de parkings. Il faut dire aussi que la plupart des estivants ont choisi les hôtels situés en face de la mer tel que Mouna, Rym el djamil et Sabri dont les prix sont inégalables et inespérés pour ne pas dire exagérés comparativement à certains de la Tunisie afin de passer quelques beaux jours inoubliables. Soulignons par ailleurs que des dizaines d’individus jeunes et moins jeunes n’hésitent pas à dormir quotidiennement sur le sable d’or.

D’après une source fiable La Nouvelle République apprend que sur le littoral de Rizzi Amor ex-Chapuit un groupe de pickpockets rodent chaque nuit au-delà de minuit sur la dite plage armés de couteaux ils dépouillent quelques pauvres voyageurs, les soulageant de leurs habits et porte-feuilles laissant donc leurs victimes presque nues et totalement égarées. D’autre part certains commerçants doublent le bénéfice saisissant l’aubaine de vendre des glaces. Notons aussi qu’il n’y a pas un jour qui passe sans qu’on enregistre des noyades et les ambulances des pompiers ne passent point inaperçues avec leurs sirènes. 
Les rivages sont incroyablement surpeuplés de jour comme de nuit jusqu’à des heures tardives. Beaucoup de jeunes gens s’amusent notamment avec des jeux de cartes ou au volley ball et au handball si ce n’est pas du football. a-t-on constaté lors d’une virée sur les lieux. Mais les colonies de vacances préfèrent le chant accompagné de la danse or la majorité de cet impressionnant monde reste dans ces lieux dans le but de se promener, aller prendre des rafraîchissements et manger dans les pizzerias comme la nouvelle étoile, pizza hot ou chez Chérif pizza. 
Comme tous les jeudis et vendredis on ne peut s’empêcher d’admirer une chaîne de luxueuses voitures qui circulent célébrant un mariage et c’est avec des klaxons stridents que le cortège arrive à destination. La circulation demeure lente et les oblige à stopper toutes les dix secondes. Finalement c’est uniquement vers deux heures du matin que le calme revient et que la nuit devient apaisante.

Des plages publiques gérées par des chômeurs à Annaba 
Sur la corniche de la wilaya déjà les jeunes affairistes qui sont habitués à prendre avec force les lieux des plages de Rizzi Amor, Toche et la Caroube ont commencé à tracer leur territoire. Ces chômeurs qui habitent ces régions côtières de la ville sont d’ores et déjà entrain d’installer des chaises et des parasols sur le sable sans laisser le moindre espace pour le public et sous l’œil indifférent des responsables communaux. Un commerce très juteux pour des gens qui ne possèdent aucun droit de s’approprier des plages publics durant toute la saison estivale. Ils fixent les prix à leur guise soit le stationnement à 100 DA, les tables et chaises à 200 DA et les parasols à 150 DA. 
Les estivants sont contre ces pratiques de contrebandiers mais ils nepeuvent rien faire seuls face au silence des autorités qui ne lèvent pas le pouce pour les arrêter. Dans ce contexte il faut savoir que depuis tout le mois d’août de chaque année des centaines d’immigrés viennent chaque été à Annaba pour profiter de la mer soit souligne-t-on 2 070 496 entrées aux frontières a été enregistrée durant l’année 2016 pour note-t-on 141 509 touristes algériens résidents à l’étranger contre 654 987 touristes étrangers qui avaient choisi l’Algérie comme une destination favorable après le Maroc, la Tunisie et l’Afrique, a-t-on informé.

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 00:56

La Tunisie enquête sur le transfert du fonds qataris en Libye

Le ministère de l’Intérieur tunisien a annoncé en ce début de mois juillet 2017 que les réseaux de financement de terroristes tunisiens se sont multipliés ces derniers temps en Tunisie face à la Garde Nationale d’investigation dans les crimes terroristes qui a démasqué récemment un nouveau réseau composé de personnes de différentes nationalités opérant entre la Tunisie, la Libye et la Turquie : de grandes sommes d’argent sont transférées depuis la Tunisie vers la Turquie, où un ressortissant turc se charge de l’envoi de l’argent vers les Tunisiens se trouvant dans les zones du conflit notamment en Syrie.

Selon les enquêteurs la plupart des suspects impliqués dans ce réseau sont originaires de Ben Guerdane, . Dans cette optique la justice tunisienne a déclenché une enquête sur les déclarations d’un responsable militaire libyen sur des fonds qataris transférés en Libye depuis la Tunisie pour le financement d’un groupe terroriste, a révélé le ministre de la Défense nationale Farhat Horchani. 
Dans une déclaration aux médias le ministre a annoncé l’ouverture d’une enquête à ce sujet appelant à la plus grande vigilance pour contrer les menaces qui pèsent sur la sécurité du pays. Par ailleurs le ministre a souligné que les réussites sécuritaires ne devraient aucunement occulter la persistance de la menace terroriste qui a-t-il dit représente désormais un phénomène transfrontalier. « Bien que la situation sécuritaire demeure actuellement stable, le risque zéro n’existe nulle part » , a-t-il déclaré.

Le porte- parole de l'armée libyenne le colonel Ahmed Al Mesmari a indiqué qu'un officier des services de renseignement du Qatar travaillant à Tunis finance des terroristes en Libye. Il avait transféré des sommes d’argent de son compte bancaire à Tunis vers une autre banque à Tataouine. Selon lui, cet argent est destiné à financer des groupes terroristes en Libye.
Or, le mouvement Machrou Tounes a adressé une question écrite au ministre des Finances par intérim et au gouverneur de la Banque centrale pour donner des éclaircissements sur les informations dévoilées concernant le transfert de sommes d’argent importantes du Qatar via des institutions bancaires tunisiennes pour financer des activités illégales à l’intérieur et en dehors du pays.
Dans une conférence de presse à Benghazi, transmise en direct par Sky News, le militaire libyen a fait des révélations sur l’implication directe du Qatar dans des réseaux de terrorisme en Libye. Le colonel Al-Mesmari a déclaré que le colonel qatari Salem Ali Jarboui, attaché militaire dans les 5 pays du Maghreb, basé en Tunisie disposant de plusieurs comptes bancaires tunisiens, a fait transférer 8 milliards de dollars de la Qatar National Bank (QNB Tunisie) à la Banque de l’Habitat (BH) et à son agence à Tataouine, qui ont servi au financement des terroristes en Libye.

 

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ecrivain-okifaouzi
  • Le blog de ecrivain-okifaouzi
  • : l'art pour l'art peut étre beau ; mais l'art pour le progrés est plus beau encore v.hugo
  • Contact

Recherche

Pages

Liens