Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 septembre 2017 4 21 /09 /septembre /2017 19:46

En Israël : Le Pentagone publie des indices secrets

Israël a inauguré tout récemment le 18 septembre 2017 avec son allié américain sa première base de défense aérienne conjointe, la première sur le territoire israélien, a déclaré un haut responsable militaire israélien cité par un media.

Cette annonce de la construction d'une base de défense aérienne conjointe israélo-américaine, dans le sud d'Israël est survenue suite à un accord établi entre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président américain Donald Trump. Le général Tzvika Heimowitz chef de la défense aérienne, a déclaré qu’ils ont inauguré, avec leurs partenaires de l'armée des Etats-Unis, une base américaine, pour la première fois en Israël et un drapeau américain flottera en permanence au-dessus d'une base de l'armée américaine établie à l'intérieur d'une de leurs bases.
Le général israélien a expliqué que l'inauguration de cette base ne répondait pas à une menace immédiate mais qu'elle est le résultat combiné de leçons tirées de la guerre de Gaza en 2014 et des analyses des renseignements sur les dangers futurs. «Nous avons beaucoup d'ennemis autour de nous, près de nous et plus loin», a-t-il fait savoir. Soit un certain nombre du personnel américain serait placés sous commandement israélien dans cette nouvelle base, indique-t-on.

Le Pentagone publie des données secretes du projet militaire
Le ministère américain de la Défense a lancé un appel d'offres pour la construction d'une base de la défense antimissile d'Israël en mettant éventuellement en ligne des caractéristiques secrètes du site. En effet, le Pentagone a divulgé des plans d'ingénierie, des shémas du système de ventilation, la profondeur de la partie souterraine de la base, l'épaisseur des murs, ainsi que les listes des matériaux qui seront utilisés pendant la construction. Devant cet état de fait, le porte-parole du ministère israélien de la Défense a réagi en disant: «Si un ennemi de notre pays voulait attaquer cette base, les données publiées lui serviraient d'un bon manuel».
Le 7 septembre, l'armée syrienne a accusé Israël d'avoir bombardé une de ses positions, tuant deux personnes. Israël n’a pas nié les faits actuels, en fin juin, M. Netanyahu avait déclaré que l'Iran est l’ennemi déclaré d'Israël et soutien du Hezbollah, construisait des usines de production de missiles en Syrie et au Liban.
Le Premier ministre israélien devrait aborder cette question avec M. Trump. En plus de son armement, Israël a acheté 50 avions de chasse F-35 aux Etats-Unis. Il dispose d'un arsenal sophistiqué de défense antimissile, notamment le système d'interception Iron Dome qui a abattu avec succès des roquettes tirées depuis la Syrie, le Liban, le Sinaï égyptien et la bande de Gaza.

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 20:00

10.000 doctorants et enseignants-chercheurs algériens boursiers en France

«La France est sortie d’une séquence électorale dans laquelle des idées diverses de la société se sont confrontées, les électeurs se sont prononcées démocratiquement en faveur de leur nouveau chef de l’Etat et son nouveau Parlement.

Or, la France possède un grand objectif, celui de renforcer ses liens avec l’Algérie, une relation qui doit être densifiée dans un sens positif avec un partenariat d’exception qui, notamment, se traduit par un échange de haut niveau», a déclaré le nouveau consul au consulat général de France à Annaba, Patrick Poinsot lors de sa première sortie médiatique. La France demeure l’un des principaux investisseurs en Algérie avec un taux de 24 % en l’an 2000 passant à 10,2% en 2016 et un nombre de 500 entreprises françaises qui emploient 40 000 personnes. Un investissement en cimenterie à Biskra avec des efforts pour développer les exportations agricoles, un projet de parc hôtelier à Constantine, des projets de développements agro-alimentaires à Souh Ahras, le développent de l’énergie solaire à Batna qui va recevoir une usine franco-algérienne pour la production de panneaux solaires, a-t-il précisé. Dans le domaine de la culture et de la coopération, un certain soutien à la jeunesse et la société civile portant sur l’usage du français et sur des actions de formation et de partenariat institutionnel avec l’administration au sens très large du terme. A l’exemple de nombreux projets effectués comme dans le domaine de formation, celui de la mobilité étudiante, la présence de 23 000 étudiants algériens sur le sol français, près de 10 000 doctorants et d’enseignants-chercheurs algériens ont été boursiers, a fait savoir le consul général de France. En ce qui concerne les accords universitaires entre l’Algérie et la France, des formations ont été organisées à l’image des accords signés par les architectes de Constantine avec l’Institut de formation architecturale de Nantes. Par ailleurs à la rentrée 2018, le consulat général de France dispose d’un projet d’ouverture d’une école française dans la ville d’Annaba, soit un nombre de 40 000 Français sont inscrits sur les registres consulaires d’Alger, Oran et Annaba, dont 7.000 personnes enregistrées à l’Est vivent essentiellement dans les villes d’Annaba, Sétif, Batna et Constantine. Sur le plan des visas établis par le consulat général de France, il a été dénombré une forte croissance de demandeurs algériens, un nombre qui a vraiment doublé en quatre ans, a souligné M. Poinsot. En terme plus précis, 410 000 visas en 2016 et à Annaba seulement, le nombre de visas qui a été traité entre 2013 à 2016, a augmenté de 134 %. Or, l’ambassade de France à Alger a décidé de mettre fin au contrat du prestataire service TLS dès la fin de janvier 2018 pour lancer un nouvel appel d’offres et choisir entre les agences internationaux à l’exemple de BLS, VFS et autres.

 

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
15 septembre 2017 5 15 /09 /septembre /2017 22:13

Deux suspects allaient commettre un attentat, et un laboratoire d’explosifs découvert à Villejuif

Le procureur de Paris, François Molins, a indiqué aux medias français que les suspects arrêtés les dernières 48 heures après la découverte d’un laboratoire d’explosifs à Villejuif envisageaient de commettre une attaque terroriste. Le laboratoire d'explosifs artisanaux découvert mercredi à Villejuif, dans le Val-de-Marne, est en rapport avec le théâtre irako-syrien, a déclaré le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb.

C’est dans un appartement vide de Villejuif, dans le Val-de-Marne durant une perquisition que la police a trouvé ce laboratoire et interpellé deux hommes, dont le propriétaire du logement. Les deux suspects interpellés après la découverte fortuite d'explosifs TATP voulaient fabriquer une bombe pour commettre un attentat en France, a déclaré le procureur de Paris François Molins, cité par l’agence AFP. Selon le magistrat leur projet était la confection d'une bombe pour commettre un attentat, l'un des deux suspects était fiché S et était en relation directe avec Rachid Kassim, propagandiste de Daech qui aurait été éliminé dans des frappes de la coalition en Irak et en Syrie, a-t-il fait savoir. Les enquêteurs pensent que les substances découvertes dans l'appartement de Villejuif auraient pu permettre de fabriquer entre 3 et 4 kilogrammes de TATP. Ils ont en outre saisi des éléments nécessaires à la préparation d'une chaîne pyrotechnique, un réveil bricolé avec des fils, des prises électriques, des seringues en plastique, des têtes d'allumettes, informe-t-on. Il semblerait que les deux individus avaient l’intention de faire sauter des banques Sur l'une des clés USB retrouvées dans l'appartement figuraient des vidéos tournées sur sa terrasse «comportant des séquences mettant en scène des essais d'explosion», a indiqué François Molins. Les deux suspects ont été présentés par la suite à un juge d'instruction. Une information judiciaire a été ouverte contre eux pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un ou plusieurs crimes, pour atteinte aux personnes, pour fabrication d'engins explosifs, pour détention et transport de substances ou produits explosifs, ainsi que préparation d’attentat. Selon le ministre qui parle notamment de leurs liens possibles liens avec le terrorisme, ajoute-t-on.

 

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 18:41

Farhat Horchani affirme que des militaires américains et alleman

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a affirmé dans une interview accordée au Journal Essahafa il y’a deux jours que la situation économique est difficile, malgré l’amélioration relative des indicateurs.

Le chef de l’Etat tunisien a expliqué que l’actuelle situation sociale est dominée par des revendications démesurées avec une situation politique défaillante et effritée, où les partis ne se sont pas réunis autour d’un dénominateur commun, assurant au pays un seuil minimum de stabilité, le développement et les grandes réformes. La situation est donc difficile et grave, mais n’a pas encore atteint l’étape critique,estime-t-il. Sur le plan des aides financières obtenues, Le commissaire européen à l'élargissement et à la politique européenne de voisinage, Johannes Hahn a déclaré que l'aide accordée à la Tunisie sera doublée. Elle atteindra 1,2 milliard d'euros jusqu'à 2020. Il a mis l'accent sur l'importance d'investir ces fonds dans l'impulsion de la croissance économique. Au palais de Carthage qui a été reçu par Béji Caid Essebsi. Le commissaire européen a soulevé le besoin d'une feuille de route entre la Tunisie et l'UE fixant les priorités de la coopération dans les années à venir, a rapporté l’agence tunisienne. Durant le vif sujet, le président tunisien mis en avant l'importance des liens entre la Tunisie et l'UE, il a affirmé approuver toutes les propositions visant à consolider le partenariat avec l'Europe dans tous les secteurs. A cet effet, il est important d’indiquer que la situation sécuritaire en Tunisie est encore dans l’instabilité et face à cet état de fait. Le ministre de la Défense nationale, Farhat Horchani, a officiellement annoncé, jeudi dernier la mise en place du système de surveillance électronique sur les frontières sud-est, entre les régions Larzet et Borj El Khadhra (gouvernorat de Tataouine) étant financé et exécuté par les Etats-Unis et l’Allemagne. Tout porte à croire que le projet en question d'un coût global estimé à 200 millions de dollars, sera prêt au deuxième trimestre de l'année 2018, a révélé à Tunis lors d’une conférence de presse, le ministre tout en citant la contribution des deux pays qui soutiennent la Tunisie à développer les capacités opérationnelles des forces armées tunisiennes par les équipements, les formations et les échanges d'expertise et en assurant la coordination en matière de renseignement dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. L’intervenant cité par le media a indiqué que la partie américaine a contribué, dans un premier temps, à la réalisation de la première étape de ce projet de surveillance électronique qui s'étend de Ras Jédir à Dhehiba et dont la réalisation a démarré depuis février dernier. La réalisation de la deuxième partie de Lazret à Borj El Khadhra est prise par les Allemands. Le ministre de la Défense a informé que la présence des militaires américains sur le sol tunisien a pour objective de former des membres de l'Armée tunisienne aux frontières avec des technologies de pointe à l'instar des drones. «Cette coopération tripartite entre la Tunisie, l'Allemagne et les Etats-Unis constitue une fierté », a affirmé l'ambassadeur allemand Andreas Rinke, avouant l'attachement de son pays à aider la Tunisie à rétablir sa stabilité, précise-t-on.

ds surveillent les frontières

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
9 septembre 2017 6 09 /09 /septembre /2017 00:21

Arcelor piégé dans une tornade d’échec répétitive

L’enquête judiciaire enclenchée depuis déjà dix mois au complexe sidérurgique d’El Hadjar sur le site de l’aciérie à oxygène ACO1 qui concerne le vol de trois automates programmables d’une valeur de 15 milliards de centimes qui font marcher les installations de l’aciérie et de 20 disjoncteurs avec afficheurs n’a toujours pas donné ses fruits où de nombreuses zones d’ombres demeurent obscures.

Le vol avait été découvert par des travailleurs qui pensaient à un acte de sabotage pour que le complexe reste à arrêt. Ainsi ces équipements qui sont nécessairement très utiles pour le fonctionnement du système électrique laissent les machines inopérantes et sa production puisque ces automates contiennent des données des cycles de fonctionnement de l’aciérie. Les enquêteurs chargés de l’affaire pensent que les auteurs ou l’auteur seraient probablement des employés de l’usine.
Notons que ce vol a réussi à bloquer le démarrage de l’aciérie du complexe sidérurgique qui souffre déjà de l’arrêt de l’ACO 1 depuis le lancement de la réfection du Haut-Fourneau, a-t-on signalé. Ainsi le géant de la sidérurgie mondiale se trouve malheureusement dans une terrible tourmente. Les grandes usines d’Arcelor-Mittal souffrent d’ores et déjà de pertes de productions dans l’acier et en l'espace de 30 ans, la sidérurgie wallonne avait perdue tous ses Hauts-Fourneaux et 80% de ses emplois, soit souligne-t-on, sept sites avaient été fermés dans la sidérurgie liégeoise et la suppression de 1.300 emplois.
Avec cette fermeture des installations de transformations, le marché européen fut touché par une détérioration flagrante, né de la fusion de trois groupes dont l'entreprise française Usinor en 2001. Arcelor se défend tant bien que mal, sans pouvoir empêcher la fusion des deux groupes qui forment Arcelor-Mittal en 2006, dirigé par le P-DG indien Lakshmi Mittal. Depuis, le groupe sidérurgique mondial présent dans plus de 60 pays, a investi 2 milliards d'euros en France et emploie 20.000 personnes réparties sur 150 sites dans l'Hexagone pour un chiffre d'affaires de 4,6 milliards d'euros en 2011, soit l'équivalent de 6% de l'activité totale du groupe.

Et comme un emploi dans la sidérurgie en génère trois autres. Chaque année, le groupe indien produit environ 13 millions de tonnes d'acier sur le territoire, c'est-à-dire, l'essentiel de la production française d'acier brut qui s'élevait à 15,7 millions de tonnes en 2011. De l'automobile à la construction en passant par l'électroménager et l'emballage, Arcelor-Mittal travaille avec divers secteurs industriels et compte en France plusieurs centaines de clients. «On fournit tous les automobilistes français, allemands et anglais en carrosserie», détaille Walter Broccoli, secrétaire général FO Arcellor-Mittal Florange.
Le groupe travaille également avec des usines de fabrication de boîte de conserve et de canettes. révèle-t-il. Dans cette vision, il y a lieu d’indiquer que de nombreux ouvriers du complexe sidérurgique El Hadjar révèlent à La Nouvelle République que le partenariat d’Arcelor-Mittal était une mauvaise fusion sinon un énorme déficit pour l’Etat algérien, soit note--t-on 70% du capital revient au partenaire euro-indien alors que les 30% seulement sont une propriété publique. D’après les travailleurs qui avaient connus une série de grèves incessantes poussées par le syndicat de l’entreprise qui, notamment, n’avait pas abouti à de grands intérêts au profit d’un millier d’employés.
Ces dernières années, nous indiquent certains cadres de la société en question, ont été une réelle chute de la production en matière d’acier en Algérie alors, souligne-t-on qu’avant l’instauration du système de partenariat avec les étrangers, le pays était classé comme leader africain et aujourd’hui, l’Algérie est dépassé remarquablement par le Maroc qui produit près des 3 millions de tonnes.

A ce sujet, il faut relever que le complexe avait à un moment donné enregistré sauf une fois une production estimée à 1,2 million de tonnes, pour cause des multiples grèves socio-professionnelles qu’avait dernièrement vécue l’usine et ayant entraînés un rendement qui, depuis les deux dernières années, tournaient entre 700 milles tonnes seulement offrant un vrai échec pour ce partenariat, nous informe-t-on. Les travailleurs, de leur côté, qui étaient il y a quelques années prés de 18 000 ouvriers sont passés actuellement à 5.600 personnes à cause de plusieurs départs en retraite anticipée qui ne furent pas remplacés par une main d’œuvre fraîche.
Selon des observateurs, les engagements tracés en matière de production n’ont jamais atteints les seuils projetés dans le plan de la reprise du complexe aussi l’ignorance capital des prévisions d’embauche. Or, durant les années 80, le complexe sidérurgique d’El Hadjar, fleuron de l’industrie algérienne, en dépit de ses installations neuves et malgré les 22.500 travailleurs qui le faisaient tourner à la faveur de leur sueur juvénile n’avait jamais pu atteindre sa vitesse de production.
Seulement 750.000 tonnes d’aciers sortaient annuellement de ses ateliers et pour cela, cette situation réellement aléatoire, imposait chaque fois à l’Etat d’éponger un manque à gagner énorme en renflouant les caisses de Sider à l’époque à coup de milliards de dinars. Telle fut la raison pour laquelle Sider au courant de 1997, avait conçu un plan de redressement interne PRI pour le sauvetage de la sidérurgie.

Dix mille travailleurs furent sacrifiés sur l’autel de la compression d’effectifs où le holding Sidmet avait mis en œuvre un plan de division de Sider en 24 filiales sous prétexte que le complexe était un géant ingérable, révèle-t-on. Or, ce plan démesuré avait conduit donc Sider en quelques années vers la perte en lui occasionnant des dettes à hauteur de 60 milliards de dinars. En 1998, l’Etat avec le gouvernement d’Ahmed Ouyahia, décida d’injecter une enveloppe de 250 milliards de DA dans le but de servir à la réfection de la plus grande filiale du groupe Side, notamment Alfasid, cet argent avait permis la survie des milliers de travailleurs pendant un certains temps mais toujours convalescent, le complexe n’arrivait pas à dépasser le seuil médiocre de production de 750 000 d’acier par an.
Cette situation catastrophique s’était accentuée beaucoup plus en enfonçant Sider dans ses redevances auprès de Sonalgaz, Sonatrach, Ferphos et le Trésor public. Sur le plan commercial, la situation n’était pas aussi plus reluisante où plus de 80% des produits sidérurgiques déstinés à la vente étaient délibérément déclassés ou rebutés pour seulement approvisionner le marché local qui était détenu par les barons du rond à béton.
Finalement, il ne restait que l’option d’un partenariat qui fut décidé par l’Etat au courant de l’année 2000 en lançant un appel d’offres international pour lequel deux partenaires avaient soumissionné Duterco «Italie» et Ispat «groupe LNM», une structure avait été donc chapotée pour le gouvernement par Temmar, ministre de la Participation avec la banque d’Algérie, le Holding, Sidmet et Sider afin d’effectuer un pilotage des business plan des deux candidats.

Celui du premier partenaire prévoyait une compression d’effectifs, une participation au capital de Sider à 20 millions de dollars et une prise en charge par l’Etat des salaires de la moitié du personnel de l’entreprise. Le second plan d’Ispat préconise la préservation des emplois existants, un investissement de 173 millions de dollars et la création de nouveaux postes d’emplois. L’accord de partenariat entre le gouvernement et le groupe LNM fut signé le 18 octobre 2001 et avec 10.000 travailleurs et des installations vétustes au terme de sa première année d’existence, Ispat Annaba avait réussi à faire grimper la production de 750.000 à 1.200.000 tonnes d’acier.
En effet, en 2006 -2007, le groupe avait commis une faute pour un choix stratégique en terme de production, l’usine avait alors abandonné la filière de l’acier électrique en diminuant les capacités de fabrication en acier électrique qui était, souligne-t-on, plus coûteux, mais en 2009 cette tendance s’était renversée, un fait qui avait occasionné des pertes pour l’entreprise. Dans cette optique, il est impératif de savoir qu’en 1997, la production mondiale de l’acier avoisinait les 800 millions de tonnes.

La Chine reste le premier producteur mondial d’acier avec plus de 475 millions de tonnes par an et la hausse des cours du minerai de fer en 2008 avait causé l’augmentation des prix d’acier sur le marché mondial et entraînant une baisse des profits des grands groupes sidérurgistes, Arcelor-Mittal qui, notamment s’était approvisionné en minerai des mines de fer d’El Ouenza dans la wilaya de Tébessa depuis plusieurs années, pour le fonctionnement du complexe et malgré toutes les facilités accordées à ce groupe, la production n’avait point décollé alors que les capacités théoriques de l’usine sont de 2 millions de tonnes.
L’Algérie continue d’importer annuellement près de 1,7 million de tonnes de produits sidérurgiques pour une facture avoisinant le Un milliard de dollars par an. En 2008 l’Algérie avait importé pour 1,7 milliard de dollars de produits en fer et en acier une hausse de près de 38 % par rapport aux années d’avant, nous fait-on savoir.

 

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
4 septembre 2017 1 04 /09 /septembre /2017 22:24

Les citoyens mécontents et leur commune paralysée

Au deuxième jour de l’Aïd El Khebir, les citoyens de la commune de Sidi Amar, Chaiba et El Hadjar ont décidé de briser leur rude patience devant la situation d’absence d’eau depuis plus d’une semaine. Ils sont descendus dans la rue et ont barricadé tous les accès à cette localité avec des pneus brûlés, pierres et barres de fer. Aucun véhicule n’a pu passer, ni rentrer ni sortir.

Les citoyens réclament haut et fort leur droit d’avoir un peu d’eau pour vivre. Tout porte à croire que les châteaux d’eau qui alimentent la wilaya d’Annaba sont presque vides sinon à sec, c’est ce qui explique la mauvaise situation de la distribution d’eau potable dans toute la région. «On ne payera plus les factures», a répliqué un groupe de pères de famille résident au quartier 11-Décembre 60 en colère sur l’épineuse problématique des coupures d’eau potable et de la mauvaise qualité de l’eau distribuée. Or, au moment où la sonnette d’alarme est tirée à grande échelle au sujet du manque d’eau dans notre pays et même au niveau mondial, de grandes quantités de ce précieux liquide sont perdues quotidiennement dans la nature sans autant être consommées par les citoyens qui ne cessent pourtant d’investir la rue pour exiger des pouvoirs publics de venir à leur soif. La perte dans la nature de cette denrée est due principalement à l’état des réseaux défectueux de distribution. La population de la wilaya de Annaba vit actuellement une perturbation dans la distribution du précieux liquide parfois depuis 7 jours sans eau. Une paralysante perturbation causée par la gestion de l’ex-SEATA touchant d’ores et déjà la majorité des cités résidentielles de la ville. En l’absence d’une culture de gestion efficace chez les responsables en la matière et surtout les élus locaux notamment les présidents des APC qui n’ont jamais pensé à améliorer la qualité de l’eau potable destiné à la consommation, a-t-on révélé. Au cœur de la ville notamment au niveau des quartiers populeux, l’eau ne parvient qu’au deuxième étage dans la plupart des cas à cause des dizaines de fuites signalées un peu partout dans les ruelles, nous dit-on. La pénurie d’eau demeure malheureusement omniprésente. A titre illustratif, la région de la vieille ville, le Pont Blanc, la Colonne, El Bouni, Sidi Amar, El M’hafer, Chaïba, El Karia et autres cités de la wilaya en question. Il a été constaté presque en été, période de chaleur durant laquelle le citoyen et surtout les enfants ont besoin d’eau pour se rafraîchir devant le problème des coupures et de sérieuses perturbations dans la distribution de ce liquide et cela depuis le départ de la société allemande qui était chargée de prendre en charge l’amélioration de la distribution dans la région est du pays. Le réseau de distribution défectueux A ce propos, il faut citer que les besoins de la wilaya sont de l’ordre de plus de 190 000 m3 par jour. Malgré cela, une quantité importante de ce précieux liquide n’arrive pas aux robinets et se perd dans la nature laissant ainsi le citoyen tourmenté par ces incessantes perturbations. Il faut signaler que le problème de la perte d’eau dans la nature semble dû à chaque fois à l’état défectueux des réseaux de distribution qui sont à maintes reprises refaits ainsi que les multiples fuites d’eaux détectées et enregistrées à travers plusieurs quartiers de la wilaya et qui nécessitent normalement l’intervention urgente des services techniques de la SEATA qui fait la sourde oreille aux doléances des citoyens furieux. Face à cet état de fait désagréable, de nombreux citoyens nous ont contactés à ce sujet, tout en signalant les multiples travaux de réparation qui sont, constate-t-on, toujours en cours, retardant ainsi l’alimentation en cette vitale denrée au consommateur sur une durée de un jour sur quatre. Et dans différentes ruelles, cette eau recherchée désespérément se déverse sur la chaussée. Enfin, il est à noter que des dizaines de réclamations des consommateurs atterrissent chaque jour sur les bureaux des responsables locaux et rien ne semble être programmé sur ce volet. Ne serait-il pas bénéfique que les pouvoirs publics se penchent sur cet épineux problème ? Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, avait indiqué lors de sa visite de travail dans la wilaya de Boumerdès : «Tant que nous n’avons pas fourni de l’eau à chaque domicile, rien n’est fait.» M. Necib avait affirmé, à ce sujet, qu’un plan a été mis en place par son département pour sécuriser la wilaya d’Annaba contre la problématique du déficit en eau potable et promouvoir le service de l’eau, précise-t-on. Pertubation incessante dans la ditribution de l’eau potable La population du chef- lieu de wilaya d’Annaba a connu ces derniers temps une paralysante perturbation dans la distribution d’eau potable qui a ciblé toutes les cités résidentielles de la ville . A cause de la grande vétusté des réseaux de distribution qui sont une installation très ancienne datant de plusieurs années. Celle-ci a provoqué donc une vraie problématique dans la gestion de ce liquide nécessaire et vital pour les citoyens. Presque tous les robinets sont à sec depuis cinq à six jours déjà. Pourtant selon le département du ministère des Ressources en eau, des sommes faramineuses ont été injectées dans des projets de développement du secteur des ressources en eau. A ce sujet, il est impératif de signaler qu’en outre, durant les rudes visites d’inspection et de travail effectuées par le chef de l’Etat avait selon toute évidence octroyé d’importantes sommes financières s’élevant à plus de 35 milliards de DA pour rétablir ce secteur très sensible et indispensable pour les habitants de la région. Ce grand financement qui avait permis la réalisation de nombreux projets d’envergure , citons à titre d’exemple la réception de 11 barrages en plus de 30 retenues collinaires et 950 forages aussi 10 stations d’épuration de 4 500 km de conduites d’assainissement furent effectuées pour ces opérations. Or, à cause des fuites d’eau avec un certain contact des eaux usées, l’eau distribuée dans quelques quartiers comme la cité Rym, la Plaine-Ouest et autres avait provoqué de nombreuses victimes parmi les citoyens qui avaient été atteintes de la maladie typhoïde. C’était le bureau du BCH qui avait su l’origine suite à ses nombreuses analyses d’eau ayant notamment permis de sauver plusieurs autres vies humaines. Cependant, l’eau qui est distribuée dans les robinets, dénoncent plusieurs citoyens, est d’une couleur jaunâtre et impropre à la consommation avec deu sable qui coulent en même temps. Devant cet état de fait, les ménagers sont dans l’inquiétude de vivre cette désagréable situation qui malheureusement perdure. Nos sources révèlent d’autre part que l’origine de cette grave perturbation serait due à la remarquable négligence du personnel de l’ex-SEATA et sans toutefois citer les multiples travaux de réparation bâclés et mal faits qui retarde la distribution du précieux liquide, nous informe-t-on.

 

 

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
29 août 2017 2 29 /08 /août /2017 23:16

La marine russe classée 3e flotte, l’une des plus grandes du monde selon le Pentagone

Le Bureau des renseignements de la marine américaine a reconnu le renouvellement de la marine russe affirmant qu’elle occupe la troisième place parmi les flottes les plus grandes du monde après les Etats-Unis et la Chine. Le rapport du Bureau met en relief le fait que la flotte maritime militaire de Russie s'est renforcée et continue de se moderniser au fil des ans. 

La flotte maritime russe comprend 186 sous-marins et navires, elle est classé l’une des plus importantes flottes du monde, tel qu'exposé dans le rapport « La marine russe: la transformation historique », élaboré sur demande du Pentagone en 2014 par George Fedoroff, expert du département du Bureau des Renseignements de la marine. A en croire ce rapport la première place revient à la marine américaine, avec ses 280 navires et vaisseau connexes suivi par la Chine puis la Russie. Fedoroff souligne que la marine russe opère dans les océan Atlantique, Pacifique et Arctique ainsi que dans les mers Noire, Baltique, Caspienne et Méditerranée. Le spécialiste évalue l'état de la marine russe en se basant sur l'information du nombre de nouveaux vaisseaux, sous-marins, avions et armes. Selon le rapport, depuis l'année 2000, des mesures cohérentes ont été prises pour restaurer l’armée Russe. Or, dans les dix prochaines années la flotte russe sera plus puissante qu’en 2017 pouvant éventuellement surpasser les autres puissances. Deux événements sont dernièrement survenus dans la vie de la Marine russe: la deuxième frégate du projet 11356, Admiral Essen, est entrée au service actif, tandis que la première l'Admiral Grigorovitch est arrivée dans son port d'attache, Sébastopol. Les six frégates de ce projet, dont quatre sont encore en chantier vont compléter la Flotte de la mer Noire. Ces bâtiments de guerre sont dotés d'armes sophistiquées et possèdent de remarquables qualités nautiques. Les frégates du projet 11356 sont équipées d'un système de combat comprenant huit rampes de lancement de missiles Kalibr conçus pour neutraliser les cibles de surface, sous-marines et terrestres. Un missile de ce type garantit la destruction d'un croiseur et peut atteindre un porte-avions. De la sorte, une frégate de cette classe est en mesure de faire face à un groupe naval adverse. Une telle frégate de ce type qui dispose d'un système puissant de contre-mesures électroniques capable de la protéger contre les armes de haute précision n’est certainement facile à toucher pour l’ennemi. Les armements antiaériens de la frégate comprennent le système surface-air Chtil et deux lance-missiles Kortik ou Palach qui garantissent la destruction en vol de tout engin s'approchant du navire. D’après les données du ministère de la défense Russe, Ces armements sont complétés par une pièce d'artillerie A-190 de 100 millimètres qui a la plus grande vitesse de tir parmi les canons de ce calibre. Cette pièce est capable de tirer 80 coups par minute à une distance allant jusqu'à 20 kilomètres. Le navire est également doté de tubes lance-torpilles de 533 millimètres, il peut porter un hélicoptère de lutte anti-sous-marine Ka-27PL ou un hélicoptère d'alerte avancée Ka-31. La vitesse maximale de la frégate est de 30 nœuds et son autonomie, de 30 jours. Son équipage comprend 180 membres permanents Les tirs de missiles Kalibr sur les positions des terroristes en Syrie ont provoqué un choc au pentagone à cause de la portée de ces missiles (1.500 kilomètres) et de la classe des navires qui les ont tirés. Les bateaux lance-missiles qui ont participé à cette opération sont des bâtiments du projet 21631 Bouïan-M. De classe fleuve-mer, ils sont équipés de huit missiles de croisière Kalibr capables de remplir des missions tactiques. Informe-t-on. Les bâtiments de classe Bouïan sont dotés de pièces d'artillerie A-190 de 100 millimètres mentionnées ci-dessus, de deux mitrailleuses de 14,5 millimètres et trois mitrailleuses de 7,62 millimètres. Pour se protéger contre les attaques aériennes, ils disposent de lance-missiles Douet et Guibka, ainsi que de systèmes de contre-mesures électroniques. La vitesse maximale des bateaux lance-missiles est de 25 nœuds et leur autonomie, de 10 jours. L'équipage compte 29 à 36 personnes. Outre les bâtiments de la flottille de la mer Caspienne, la Marine russe compte deux autres navires de cette classe: le Zeleny Dol et le Serpoukhov qui ont récemment intégré la Flotte de la mer Noire. Quatre autres navires entreront en service d'ici 2019.

 

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
28 août 2017 1 28 /08 /août /2017 01:00

Le pillage du sable ruine la région côtière

Profitant de l’absence d’une surveillance des lieux et de l’inattention des fois des services de sécurité, les zones sableuses de la région de Skikda sont la cible des trafiquants de sable qui selon des sources concordantes ont pillé encore une fois les zones humides de Guerbes Sanhadja et de Filfila à l’est algérien.

La complicité des résidents à laisser le chemin libre pour les nombreux malfaiteurs qui activent dans les réseaux de trafic de sable. Or, le site d’une superficie de 42 000 ha est une immense plaine côtière à Skikda est d’ores et déjà menacé par une surexploitation de sable, indiquent des observateurs. En effet, le secteur du bâtiment et des travaux publics est toujours préoccupé par l’apprivoisement en matières premières comme le ciment, le béton armé et l’extraction illégale de sable naturel. En dépit de l’interdiction formelle annoncée par l’arrêté du ministère des Ressources en eau.
Les hommes puissants et inconnus poussent des réseaux maffieux à activer discrètement pour leurs comptes en s’emparant par tous les moyens de la marchandise ou de quantités très importantes de sable. Aux dernières nouvelles, La Nouvelle République apprend de sources concordantes que cette redoutable mafia intouchable et impitoyable continue d’ores et déjà d’opérer en ciblant plusieurs régions stratégiques particulièrement les zones côtières des wilayas d’El-Taref et de Skikda.
Selon nos interlocuteurs, le dernier rapport dressé par l’Association nationale pour la protection de l’environnement et la lutte contre la pollution (Anpep) fait ressortir un incroyable pillage de sable, fraîchement enregistré au niveau de plusieurs endroits avoisinant des plages de l’est et la frontière algéro-tunisienne. A ce sujet l’on révèle que dans la région Khoudia El Nass relevant de la commune de Ben Azzouz wilaya de Skikda il a été découvert des dizaines de camions chargés entièrement de sable, sans aucune autorisation légale, précise-t-on de même source D’après les révélations faites par la dite association, cet énorme pillage provoqué par la mafia du sable détruit carrément les richesses de la nature et le patrimoine touristique.

Or, la commercialisation de la précieuse matière ramène un énorme profit à ces puissants trafiquants qui notamment commandent dans l’ombre. Selon la loi ce crime contre la nature est punissable juridiquement. Nos informateurs affirment également que dans la wilaya d’El-Taref plus précisément au chef-lieu de la commune de Berrihane, des tonnes de sable ont été exploitées des ces derniers jours par des réseaux liés à cette organisation mafieuse. Par ailleurs des investisseurs débutants ont voulu avoir à tout prix ce produit afin d’en extraire nous dit-on une riche matière qu’est le silicium pour finalement la transformer par la suite en verre et le vendre pour des sommes vraiment importantes, souligne-t-on.
Plusieurs présumés auteurs accusés de vol de sable ont été appréhendés dernièrement par les services de sécurité et déférés devant le parquet territorialement compétent. Ce coup de filet a eu lieu à une distance non loin de la sablière de la Méssida, nous-a-t-on informé encore. Dans ce chapitre il faut savoir que le sable d’El-Taref est de première qualité et riche en silicium par rapport à celui de Ben Azzouz. Outre les constatations faites dans la région de Guerbez commune de Ben Azzouz démontent une vraie détérioration du couvert végétal qui est due à l’origine des sablières anarchiques existantes aussi les associations de protection de l’environnement de la wilaya de Skikda ont dénoncé dernièrement dans une lettre adressée au wali de la ville le désastre écologique commis par la sablière de Sidi Marouana dans sa surexploitation du sable.
Or, l’Agence nationale de la géologie et du contrôle minier avait dans ce sens relevé durant une inspection sur le site un grand pillage qui avait engendré plus de 13 contraventions accompagné par des négligences aux closes des cahiers de charge. D’après le rapport de cette agence l’autorisation d’exploitation de l’exploitant avait expirée en avril 2011 puis fut prolongée pour une durée d’une année, souligne-t-on.

Face à cet état de fait très grave, l’Etat doit sérieusement agir et mettre fin définitivement à ces réseaux mafieux du sable qui ne cessent d’exploiter, voler et écraser la nature évidemment sans craindre la loi algérienne en ciblant presque les plus belles régions de l’est algérien. D’un autre côté la sablière de Reghia relevant de la wilaya d’El-Taref qui est une exploitation sur une superficie de 296 hectares pour une durée de 33 ans avait déjà dépassé les 50 mètres dans l’objectif d’atteindre la matière du silice. les habitants de Ben M’hidi, de Guerbas, de Filfila et de Ben Azzouz n’ont pas arrêté d’attirer l’attention des autorités pour arrêter ce massacre contre les réserves naturelles et demandent surtout à ce que les autorisations soient strictes tout en contrôlant les sites proposés afin de préserver l’équilibre écologique des ces régions.
Cette population ne cesse de crier haut et fort leur mécontentement et refus contre cet état de fait désolant. La sonnette d’alarme avait été d’abord tirée par le président du Comité national des marins pêcheurs (CNMP), affilié à l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), lors d’une conférence de presse. «Si on ne prend pas les mesures nécessaires pour arrêter cette mascarade, on ira droit vers la catastrophe marine», avait-t-il averti. Il avait évoqué le phénomène qui détruit l’écosystème et porte préjudice à l’économie nationale, en l’occurrence l’extraction de sable des plages.
«Depuis l’année 2000, on avait perdu 35 km de plage à cause du vol de sable de littoral», affirme-t-il. En un mot, la situation est de nature à provoquer un désastre écologique. Selon des associations de défense de la nature, cette activité, à la limite de la légalité, a englouti chaque année plus de 370 000 mètres cubes de sable. «Les plages du littoral algérien sont condamnées à mourir de dessèchement», estiment les défenseurs de l’environnement.

Six camions de gros tonnage de pilleurs de sable capturés
A la fin du mois de février 2014 des informations fiables et sûres sont parvenues aux brigades d’El Kennar, Taher et d’Emir Abdelkader faisant état de la présence d’un réseau de pilleurs de sable en activité dans les localités d’oued Nil et Ain Bachlou relevant de la wilaya de Jijel. 
Ce réseau composé de Six pilleurs dispersés dans les deux régions procèdent en mode nocturne et utilisent des véhicules lourds pour le transport du sable volés, informe-t-on. La gendarmerie a pu saisir six camions de gros tonnage remplis de sable et arrêté les présumés auteurs qui ont été déférés devant le parquet de Taher et écroués pour trafic de sable. Les enquêteurs ont indiqué que ce réseau roulait avec les feux éteints et sans plaques d’immatriculation afin de ne pas être repéré en empruntant des pistes discrètes aménagées à travers les forêts voisines des plages, a-t-on précisé.

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
24 août 2017 4 24 /08 /août /2017 00:54

Le dernier rapport du Conseil mondial de l’or a positionné l’Algérie à la 22e place au niveau international et en 3e position dans la région arabe après l’Arabie saoudite «14e» et le Liban «16e» qui détient des richesses en la matière. Selon ce rapport, les réserves d’or au courant de l’année 2009 avaient été de 173,6 tonnes indique-t-on avec une valeur de 6,05 milliards de dollars, soit 4,4 % des réserves mondiales.

Les réserves de changes d’autre part étaient de 160 milliards de dollars en juillet 2011, une situation positive qui a permis à l’Algérie d’occuper la 1ere place en Afrique en termes de volume de réserves en or. Le sol algérien a gardé ses réserves aurifères intactes depuis 20 ans. L’Arabie saoudite dispose de 339,6 tonnes suivie du Liban avec 286,8 tonnes estime le rapport du conseil mondial de l’or qui notamment souligne que les états unies détient toujours une plus grande réserve d’or au monde avec plus de 8133 ,5 tonnes d’or. De ce point, il faut savoir que les réserves d’or de l’Algérie favorisent le pays en faveur de la tendance haussière qui caractérise l’or depuis le début de la crise financière mondiale. Les explorations engagées dans le sud du pays font permettent d’augmenter les stocks déjà présents.

Le marché de l’or : Une affaire qui rapporte bien
La marché de l’or connaît à Annaba actuellement une hausse vertigineuse depuis déjà un certain temps et l’enquête que nous avons mené, nous a permis de découvrir les nombreuses bijouteries de la ville dont la majorité est basée à la rue ibn khaldoun . On a remarqué une envolé des prix de l’or qui a augmenté par rapport à 2010 de 30% à 40%. Durant notre enquête que nous avons effectuée récemment nous avons constaté que le marché de l’or à Annaba connait actuellement une envolée où les prix actuels du gramme d’or local oscillent entre 5 500 DA et 6 000 DA alors que celui d’importation italienne se vend entre 7 500 et 8 200 DA, l’or blanc quant à lui s’échange entre 7 800 DA. 
Le marché national qui est inondé par des importations frauduleuses dans lequel certains connaisseurs de l’activité révèlent un certain développement de faux poinçons et une absence de toute marque spéciale dans la fabrication de l’or jaune. Quelques bijoutiers de la wilaya estiment que le marché est aujourd’hui inondé d’or truqué et issu de la récupération de bijoux sous forme d’or cassé. A en croire le propriétaire de l’une des grandes bijouteries de la ville, l’or jaune importé légalement ou irrégulièrement provient essentiellement de la Libye, d’Italie et surtout de la Turquie et de Dubaï. 
Les lots qui sont importés de France sont majoritairement issus des ventes aux enchères.les mesures prises par l’état dans l’assainissement de ce créneau se sont traduit par des échecs compte tenu de nombreux fraudeurs et des saisies importantes d’or hors normes effectuées dans plusieurs régions du pays, souligne-t-on. 

A titre illustratif il est à rappeler que les services de répression des fraudes relevant de la Direction des impôts avaient opéré durant le mois de mai 2010 des descentes au niveau de plusieurs bijouteries d’Annaba. Or, ce sont révèle-t-on prés de 28 kg d’or qui avaient été récupérés par ces services qui avaient évalué cette saisie à prés de 8 milliards de centimes, soit indique-t-on 77 infractions avaient été constatées lors de ce contrôle rigoureux. Parmi les commerçants incriminés, sept avaient été poursuivis en justice suite à leurs activités irrégulières. A cet effet il est important de signaler que ces derniers mois l’or à Annaba a connu une réelle augmentation des prix pratiqués par les bijoutiers et vendeurs informels. 
Les clients aujourd’hui nous avouent quelques bijoutiers se font rares et hésitent d’acheter des bijoux, certains d’entres eux qui sont obligés d’acheter pour des fêtes de mariage payent en trois ou quatre tranches leurs bijoux. Nos informateurs ont dénoncés certains bijoutiers malhonnêtes qui mélangent des matières jaunes comme celles des pièces de monnaies de 20 et 50 DA avec l’or pour gagner en poids. Pour ce qui concerne les pièces de louis d’or Napoléon de 18 carats qui sont commercialisées sur le marché, celles-ci sont très demandées pour un prix de prés de 30 000 DA. 
Or, le marché de gros de l’or est une forteresse en Algérie qui possède des réseaux bien structurés implantés en Italie, en France et en Turquie ; les plaques tourmentes du grand trafic en or restent les régions de Tébessa, Guelma, Constantine et Oran. Selon des renseignements plausibles, le lingot d’or importé coute entre 1,3 et 1,5 million de DA. 

Ce créneau très porteur et très juteux a ouvert des portes à plusieurs gens qui s’adonnent corps et âme à ce métier de marchand d’or. Sur les trottoirs de la rue Gambetta à Annaba comme ailleurs, des jeunes personnes offrent leurs services à des passants à des prix différents de ceux pratiqués par les bijoutiers réglementées. Leur clientèle est constituée généralement de femmes en leur proposant un bracelet, une chaîne ou une bague et c’est constate-t-on des liasses de billets de banque qui sont comptés en pleine ruelle.
Les artisans bijoutiers quant à eux estiment que l’état algérien perçoit des milliards de dinars par an sous forme d’impôts ou’ le trésor public ramasse quotidiennement plus de 300 millions de DA sous forme de règlement de diverses formes fiscales seulement en provenance de ce métier d’or, a-t-on informé encore. De plus en plus de magasins ont récemment ouvert dans la wilaya pour vendre le plaqué or, qui notamment offre un large éventail de modèles, soit des bijoux qui possède une garantie de 7 à 10 ans; une grande affluence a été constatée chez ces boutiques spécialisées dans le plaquage de l’or surtout à l’approche de l’été particulièrement en cette période des mariages.

 

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article
21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 21:24

Spectaculaire est la recrudescence des agressions à l’arme blanche et la nouvelle vague de crimes divers, qui, notamment, se sont multipliés ces derniers temps au chef-lieu de wilaya et dans les villes voisines comme à Batna, Sétif, Guelma et Constantine.

Or, il semblerait que le port de couteau est devenu coutumier chez plusieurs délinquants inconscients des faits. Ce phénomène se développe d’une manière incontrôlable voire critique désirant de devenir des hors-la-loi, des milliers de jeunes ignorent le pouvoir de la justice et les supplices des sanctions pénales infligées par la loi.
En decembre 2016, un agent de sécurité d'une société chinoise chargée de réaliser des logements dans la commune de oued Aneb a été agressé grièvement par de dangereux malfaiteurs armés de couteaux qui tentaient de s'infiltrer à l'intérieur pour commettre un vol. Devant cet état de fait pas moins de 10 agressions ont été enregistrées en l’espace de 72 heures. 
Les statistiques chiffrées pour la période des mois d’août à octobre indiquent que 90 personnes victimes de violences ont été évacuées en extrême urgence vers le CHU Ibn Rochd de la ville. C’est un chiffre vraiment effrayant souligne une source hospitalière. Parmi ces victimes certains sujets présentaient des plaies au thorax. La quasi majorité qui reste avait des blessures à l’abdomen et au niveau des autres membres, précise-t-on. 

Dans ce cadre il convient de signaler que la recrudescence choquante de la criminalité ne cesse de se propager sous des formes les plus diverses. Ainsi l’usage des armes blanches entraîne dans la plupart des cas aux agressions violentes voire meurtre. De toute évidence, l’accroissement du crime est dû particulièrement au chômage en premier lieu, suivi des mauvaises influences comme vol, la délinquance et le banditisme. 
L’on révèle à ce thème qu’un nombre beaucoup plus important des agressions à l’arme blanche fut enregistré durant les derniers mois de l’année 2012. Or, selon les statistiques hospitalières 219 personnes grièvement atteintes sur différentes parties du corps ont été dirigées vers les urgences medico chirurgicales de cette structure de santé publique. Parmi ces victimes, deux personnes furent décédées des suites de leurs blessures. 
Ces chiffres angoissant pour ne pas dire catastrophique surgissant dans la loi de la jungle font très peur réellement. Selon toute vraisemblance des médecins au niveau de l’hôpital Ibn Rochd ont reconnu que cette vague de violence est liée à plusieurs causes notamment à des règlements de compte, des bagarres en état d’ivresse, vengeance, trafic de drogue vols et autres … entre autres en particulier aux bandes rivales. 

A plus forte raison, comme pour les agresseurs ou les agressés, la tranche d’âge dans la majorité des cas ne dépasse pas les 35 ans, indique-t-on. Une autre source judicaire impute ce phénomène de recrudescence de la violence pour ne pas dire la prolifération des couteaux beaucoup plus à la délinquance et principalement au manque de suivi des repris de justice notoires parfais auteurs d’homicide volontaire sous l’effet de psychotropes. 
A titre d’exemple si la police arrête au hasard un jeune délinquant après une minutieuse fouille, elle va à 100 % découvrir un cran d’arrêt sur lui, l’arme favorite des agresseurs et des voleurs. Toujours selon ces sources, ce fléau est davantage fréquent dans les milieux défavorisés telles que la cité de Sidi Amar, El Bouni; Sidi Salem, Pont Blanc, Chaiba, 11-Décembre 60, La cité 8-Mai 45, La place d’Armes, à Chapuis et Boukhadra où la violence se conjugue au quotidien.
L’on révèle que le plus grand nombre d’agressions sont perpétrées par des délinquants et drogués dans la nuit où les accrochages entre eux font le décor nocturne des cités populaires. Un calvaire que vit la coquette atteinte par ce fléau même dans le centre-ville, nous dit un citoyen.

Or, le mois d’août 2012 a été le théâtre aussi de quelques scènes de violence comme ce fut le cas d’un jeune policier exerçant au commissariat de Boukhadra à El Bouni qui a été gravement blessé lors d’une opération d’arrestation d’un bandit notoire, informe-t-on. En essayant de le neutraliser, le voyou a fait usage de son arme blanche pour se libérer des griffes du policier, ce dernier blessé à la gorge fut évacué en urgence vers l’hôpital Ibn Rochd pour subir une opération chirurgicale, a-t-on souligné. 
L’agresseur s’est refugié après son acte dans un bloc de logements dans le voisinage au moment où des jeunes du quartier sont intervenus pour le tirer d’affaire en s’attaquant aux policiers à l’aide des pierres. Finalement l’auteur de cette agression avait réussi à s’enfuir des lieux et reste activement recherché par la police, a-t-on appris. 
61% des Algériens ne se sentent pas en sécurité lorsqu’ils se trouvent à l’extérieur de leurs maisons, une chose est sûre pour éradiquer le phénomène du crime, il faut être plus sévère dans l’application de la loi algérienne.

 

Repost 0
Published by ecrivain-okifaouzi
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ecrivain-okifaouzi
  • Le blog de ecrivain-okifaouzi
  • : l'art pour l'art peut étre beau ; mais l'art pour le progrés est plus beau encore v.hugo
  • Contact

Recherche

Pages

Liens